lundi 5 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

La vaccination contre la grippe n’accroit pas le risque de mort foetale

4138535193_b28c076976_z

Au cours de la “pandémie” grippale au virus H1N1 en 2009, il avait été constaté que les femmes enceintes étaient plus vulnérables et que l’infection augmentait le risque de conséquences foetales et de décès maternels. La vaccination avait alors été recommandée chez les femmes enceintes, une recommandation qui n’existait pas auparavant. Une étude menée sur une population de femmes enceintes Norvégienne ayant évalué les effets de cette vaccination retrouve une légère réduction toutefois non significative du risque de mortalité foetale chez les femmes vaccinées en comparaison aux femmes non vaccinées. 

La vague importante d’infection par le virus H1N1 avait eu lieu entre le 31 octobre et le 31 décembre 2010. Au cours de la période 2009-2010, il y a eu 117 347 naissances en Norvège. Les femmes sélectionnées dans l’étude étaient celles enceintes au moins 43 semaines avant le 31 décembre 2010 : 113 331 correspondaient à ce critère d’inclusion. 492 morts foetales ont été enregistrées dans cette population.

54% des femmes enceintes ont été vaccinées au cours de la “pandémie”. 25 976 enfants sont nés d’une mère vaccinée contre la grippe H1N1. Parmi les femmes vaccinées, 78 morts foetales ont été enregistrées et 414 chez des femmes non vaccinées (87 335 femmes). A cette époque, il n’existait aucune donnée sur la sécurité d’emploi du vaccin contre le virus H1N1 (Pandemrix en Norvège) chez la femme enceinte. Au cours de la période de vaccination, 30 cas de morts foetales suivant la vaccination avaient été rapportées dans le pays, avec les conséquences alarmantes que l’on peut imaginer sur le public. Les scientifiques ont donc pu enfin comparer les risques de mort foetale entre les deux groupes de femmes enceintes, les vaccinées et les non vaccinées. Ils ne retrouvent pas de risque accrut de mort foetale chez les femmes enceintes vaccinées, et même une légère réduction de 12% du risque qui n’est cependant pas significatif.

En revanche, parmi le sous groupe de femmes enceintes chez qui une infection par le virus H1N1 a été mis en évidence, la mortalité foetale était doublée en comparaison aux femmes enceintes n’ayant pas reçu de diagnostic d’infection grippale au H1N1, montrant clairement le risque que fait courir le virus.

Cette étude importante publiée dans la revue The New England Journal of Medicine, confirme donc un doublement du risque de mort foetale au cours infection grippale chez la femme enceinte. SI la vaccination réduisait le risque d’être infecté par le virus de la grippe H1N1, elle ne réduisait pas significativement le risque de mort foetale, ni ne l’augmentait. Ces données sont évidemment valides pour le vaccin considéré, c’est à dire le Pandemrix ciblant le virus H1N1.

Source

Risk of Fetal Death after Pandemic Influenza Virus Infection or Vaccination
Siri E. Håberg, M.D., Ph.D., Lill Trogstad, M.D., Ph.D.,Nina Gunnes, Ph.D., Allen J. Wilcox, M.D., Ph.D., Håkon K. Gjessing, Ph.D., Sven Ove Samuelsen, Ph.D., Anders Skrondal, Ph.D., Inger Cappelen, Ph.D., Anders Engeland, Ph.D., Preben Aavitsland, M.D., Steinar Madsen, M.D., Ingebjørg Buajordet, Ph.D., Kari Furu, Ph.D., Per Nafstad, M.D., Ph.D., Stein Emil Vollset, M.D., Dr.P.H., Berit Feiring, M.Sc.Pharm., Hanne Nøkleby, M.D., Per Magnus, M.D., Ph.D., Camilla Stoltenberg, M.D., Ph.D.
N Engl J Med 2013. DOI: 10.1056/NEJMoa1207210

Crédit Photo Creative Commons by  k-ideas

Articles sur le même sujet