dimanche 2 octobre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Bébé de faible poids de naissance: la pollution automobile est en cause

220731304_1fb1f937dd_z

Une vaste étude couvrant quatre continents, met en évidence que les fœtus exposés in utero à la pollution de l’air causée par les échappements automobiles (microparticules 2,5 ug) auront plus de risques de naitre avec un poids insuffisant, un des facteur de risque majeur chez le nouveau né.

L’étude est publiée dans la revue Environmental Health Perspectives.

Rien n’est fait en France pour limiter la pollution automobile et pire, la France est le pays où le parc automobile roulant au diesel est le plus important grâce aux faveurs fiscales accordées à ce carburant, le plus générateur de microparticules 2,5, celles-là même une nouvelle fois mises en cause dans cette étude.

Les bébés naissant avec un faible poids de naissance sont plus à risque de décès prématurés, de diabète et de maladies cardiaques ultérieures.

Les scientifiques ont analysé plus de trois millions de naissances dans 9 pays de 4 continents, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Europe, et Asie (dont l’Australie). Quel que soit l’endroit “civilisé” du monde où les nouveaux-nés et leur exposition in utero ont été évalué, il ressort que plus l’exposition aux microparticules 2,5 est importante, plus le risque d’un petit poids de naissance l’est aussi. Cette pollution mise en cause, correspond pourtant aux “niveaux de pollution atmosphérique à laquelle pratiquement tout le monde est couramment exposée” explique les auteurs.

Les Etats-Unis ont mis en place des règles drastiques en comparaison à l’Europe et à la France : les Etats-Unis imposent que la concentration moyenne sur une année ne dépasse pas 12 g/m3 de particules inférieures à 2,5 microns quand l’Europe tolère des taux doubles à 25 g/m3 : la France est baignée dans des taux plus élevés et est régulièrement rappelée à l’ordre par l’Europe sans pour autant agir. “Du point de vue de santé dans le monde, les niveaux de ce genre sont évidemment tout à fait insoutenable», dénoncent les auteurs rappelant que cette pollution aux microparticules est également responsable de déclin cognitifs accrus chez la personne âgée, d’accident vasculaires cérébraux, d’infarctus et de troubles respiratoires. L’ensemble de ces pathologies représente un  coup majeur pour la communauté.

Source

Maternal Exposure to Particulate Air Pollution and Term Birth Weight: A Multi-Country Evaluation of Effect and Heterogeneity
Payam Dadvand,1,2,3 Jennifer Parker,4 Michelle L. Bell,5 Matteo Bonzini,6 Michael Brauer,7 Lyndsey Darrow,8 Ulrike Gehring,9 Svetlana V. Glinianaia,10 Nelson Gouveia,11 Eun-hee Ha,12 Jong Han Leem,13 Edith H. van den Hooven,14,15 Bin Jalaludin,16,17,18 Bill M. Jesdale,19 Johanna Lepeule,20,21,22 Rachel Morello-Frosch,19,23 Geoffrey G. Morgan,24,25 Angela Cecilia Pesatori,26 Frank H. Pierik,15 Tanja Pless-Mulloli,10 David Q. Rich,27 Sheela Sathyanarayana,28 Juhee Seo,12 Rémy Slama,21,22 Matthew Strickland,8 Lillian Tamburic,29 Daniel Wartenberg,30 Mark J Nieuwenhuijsen,1,2,3 Tracey J. Woodruff31
Environmental Health PerspectivesFebruary 6, 2013 Advance Publications

Crédit Photo Creative Commons by readysubjects

Articles sur le même sujet