samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le régime méditerranéen associé à des noix ou à de l’huile d’olive, réduit de 30% les accidents cardiovasculaires

ggg

Abandonner son régime alimentaire actuel, souvent trop riche en graisses et en viandes rouges, pour un régime méditerranéen, qui fait la part belle aux poissons, aux fruits, aux légumes, noix, huile d’olive et même au vin, entraine une extraordinaire réduction du risque cardiovasculaire, comme le montre une étude publiée aujourd’hui dans la revue médicale, The New England Journal of Medicine.

L’étude qui a durée 5 années, montre que les patients ayant suivi ce régime méditerranéen sur cette période courte, en comparaison à ceux ne l’ayant pas suivi, bénéficient d’une réduction de 30% du risque d’attaques cardiaques (infarctus), d’attaques cérébrale (accident vasculaire cérébrale) ou de décès d’origine cardiovasculaire. Ce résultat est remarquable par plus d’un point : D’abord, même les participants qui n’ont pas perdu de poids au cours de ce régime, en bénéficient quand même, comme tous ceux qui prenaient des traitements médicamenteux réputés pour certains déjà efficaces sur la réduction des accidents cardiovasculaires (IEC): le régime méditerranéen a additionné son efficacité à celle des statines, antihypertenseurs (IEC), antidiabétiques et autres.

Si jusqu’alors le régime méditerranéen était recommandé, ses preuves d’efficacité restaient faibles, en particulier de par l’absence d’une véritable étude méthodologiquement irréprochable, telle que celle publiée aujourd’hui dans le NEJM. L’étude a été réalisée en Espagne par le Dr. Ramon Estruch, professeur à l’Université de Barcelone. Les scientifiques ont recruté 7 447 patients, des hommes de plus de 55 ans et des femmes de plus de 60 ans. Ils avaient soit un diabète soit 3 facteurs de risque cardiovasculaires comme une hypertension, un tabagisme, du cholestérol, une surcharge pondérale une obésité, ou un antécédent familial de maladie coronaire.

Les patients ont ensuite été divisés en 3 groupes : un groupe « régime méditerranéen » avec complément en huile d’olive extra vierge (1 litre/semaine), un groupe « régime méditerranéen » avec complément en fruits à coque (7,5 g d’amandes, 15 g de noix et 7,5 g de noisettes chaque jour) et un groupe contrôle recevant des conseils pour un régime hypocalorique.

Les investigateurs ont été particulièrement attentifs au suivi du régime. Les participants aux 2 types de régimes méditerranéens ont augmenté leur consommation de poisson, de légumes d’huile d’olive et de fruits à coque (amandes, noix, noisettes). L’activité physique des participants n’a pas évolué pendant l’étude, dans aucun groupe.

Au bout de 5 années, les analyses retrouvent une réduction d’environ 30% du risque cumulé de décès d’origine cardiovasculaire, d’infarctus et d’accidents vasculaires cérébraux chez les patients ayant suivi le régime méditerranéen (109 évènements dans le groupe sans régime contre 96 dans le groupe régime méditerranéen + huile d’olive (significatif) et 83 dans le groupe régime méditerranéen + fruits à coque (très significatif). Est également retrouvé un bénéfice direct sur les accidents vasculaires cérébraux encore plus significatif chez ceux consommant des fruits à coque : 58 accidents dans le groupe sans régime contre 49 dans le groupe régime méditerranéen + huile d’olive (significatif) et 32 dans le groupe régime méditerranéen + fruits à coque (très significatif).

Le régime méditerranéen consistait en la prise au moins 3 fois par jour de fruits, 2 fois par jour de légumes (haricots, lentilles, petits pois au moins 3 fois par semaine), 3  fois par semaine de poisson, plus 4 cuillères à café d’huile d’olive par jour, par exemple avec une salade, et des fruits à coque. La viande rouge était remplacée par de la viande blanche type poulet, et le vin était autorisé, 7 verres par semaine au moment des repas. Les produits industriels de type pâtisseries industrielles, gâteaux secs, charcuteries et viandes travaillées industriellement, étaient à éviter.

Ainsi, en prévention primaire, un régime méditerranéen correctement suivi avec en ajout d’huile d’olive ou des fruits à coque réduit de 30% le risque d’évènements cardiovasculaires, un bénéfice pratiquement comparable aux statines. Ce bénéfice commence rapidement après le début du régime comme le montre les courbes de survie divergeant très tôt.

Source

Primary Prevention of Cardiovascular: Disease with a Mediterranean Diet
Ramón Estruch, M.D., Ph.D., Emilio Ros, M.D., Ph.D., Jordi Salas-Salvadó, M.D., Ph.D., Maria-Isabel Covas, D.Pharm., Ph.D., Dolores Corella, D.Pharm., Ph.D., Fernando Arós, M.D., Ph.D., Enrique Gómez-Gracia, M.D., Ph.D., Valentina Ruiz-Gutiérrez, Ph.D., Miquel Fiol, M.D., Ph.D., José Lapetra, M.D., Ph.D., Rosa Maria Lamuela-Raventos, D.Pharm., Ph.D., Lluís Serra-Majem, M.D., Ph.D., Xavier Pintó, M.D., Ph.D., Josep Basora, M.D., Ph.D., Miguel Angel Muñoz, M.D., Ph.D., José V. Sorlí, M.D., Ph.D., José Alfredo Martínez, D.Pharm, M.D., Ph.D., et Miguel Angel Martínez-González, M.D., Ph.D., for the PREDIMED Study Investigators
N Engl J Med 2013

 CRédit Photo Creative Commons by  pennstatenews

 

Articles sur le même sujet