mercredi 28 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Un générique du PLAVIX pas bioéquivalent du tout

6164410121_3f2c3b8af9_b

Une étude Italienne publiée dans la revue américaine JACC montre une non bioéquivalence entre le clopidogrel (Plavix) et l’un de ses génériques. Le clopidogrel est ce que l’on appelle un antiagrégant plaquettaire : il est destiné à fluidifier le sang en réduisant l’agrégation des plaquettes sanguines. Il est est indiqué en France dans “la prévention des événements liés à l’athérothrombose”, chez les patients ayant souffert d’un infarctus du myocarde (de moins de 35 jours), d’un accident vasculaire cérébral ischémique (datant de plus de 7 jours et de moins de 6 mois) ou d’une artériopathie oblitérante des membres inférieurs établie ainsi que dans certains syndromes coronaires aiguës.

Cette réduction de l’agrégation plaquettaire réduit le risque de récidive d’un évènement cardiovasculaire, et elle peut se mesurer biologiquement. Si le test d’agrégation plaquettaire révèle une agrégation insuffisamment réduite, un second traitement doit être ajouté. En effet, il a été montré qu’une réduction insuffisante de l’agrégation plaquettaire sous clopidogrel expose les patients à une récidive de syndrome coronaire aigu.

Depuis octobre 2011, la pharmacie de l’hôpital  Carregi à Florence délivrait au service du Dr Rossella Marcucci un générique du clopidogrel (clopidogrel base) à la place du clopidogrel de marque Plavix (Clopidogrel hydrogen sulfate). Les structures chimiques des deux composés sont donc différentes. Constatant une différence d’efficacité sur l’agrégation plaquettaire qu’ils mesuraient chez leurs patients, cette équipe de cardiologue décida de mettre en place une étude afin de comparer le générique du clopidogrel au produit de marque. Ils ont ainsi comparé les résultats obtenus sur les tests biologiques d’agrégation plaquettaires, chez 1579 patients hospitalisés pour un syndrome coronaire aigu, certains traités avant octobre 2011 avec le clopidogrel de marque, les autres après octobre 2011 avec le générique.

Les résultats sont clairs : 42,4% des patients traités par le générique n’étaient pas suffisamment protégés contre “seulement” 25,4% avec le clopidogrel de marque. Un traitement additif était donc nécessaire chez 42,4% des patients depuis que le générique du clopidogrel avait été introduit dans l’hôpital, au lieu de 25,4% des patients auparavant.

Les auteurs réclament la mise en place d’une étude randomisée destinée à comparer les différentes formulations génériques du clopidogrel au produit de marque.Cette étude  souligne la nécessité d’une surveillance post marketing sérieuse des différentes formes d’un générique comme le clopidogrel pour lequel un manque de réduction de l’agrégation plaquettaire provoque une augmentation prouvée du risque ischémique” expliquent les auteurs.

En France, le clopidogrel est également génériqué.  “Il existe des génériques « copies conformes » mais il s’y mêle également des génériques « essentiellement similaires » qui comportent un excipient modifié, et des génériques « comparables » où la galénique et l’excipient peuvent être différents de ceux du produit princeps, mais où aussi, l’aspect chimique peut être modifié (sel différent : besilate au lieu de bisulfate)” écrivait la société Française de cardiologie dans un communiqué du 1 juin 2010. Près de 21 génériques du clopidogrel, vendus par des génériqueurs différents, existent en fait sur le marché français dont 4 sont des génériques contenant du clopidogrel base, celui évalué dans l’étude Italienne. Quelle sera la réaction de l’ANSM à cette étude Italienne publiée dans une grande revue de cardiologie?

 

Source

Bioequivalence in the Real World Is a Complex Challenge The Case of Clopidogrel (texte en libre accès)
Rossella Marcucci, MD, PhD; Rita Paniccia, BS; Anna Maria Gori, BS; Gian Franco Gensini, MD; Rosanna Abbate, MDJournal of the American College of Cardiology
Journal of the American College of Cardiology Vol. 61, No. 5, 2013

Crédit Photo Creative Commons by  mich&pics

Articles sur le même sujet