lundi 5 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le Figaro porte de graves accusations contre les chirurgiens orthopédistes

Capture d’écran 2013-05-04 à 10.47.09

Dans un article intitulé “Le grand bazar des prothèses“, le journal le Figaro porte de graves accusations à l’encontre des chirurgiens orthopédistes.

Après avoir rappelé l’information déjà divulguée par l’ANSM, selon laquelle un modèle de prothèse de hanche fabriquée par la société Ceraver n’était pas en conformité avec la loi, l’article du Figaro, n’ayant aucune information pertinente à ajouter (vous pouvez en trouver dans d’autres journaux)  se lance dans une critique violente contre le corps médical qu’il accuse en substance d’escroquerie, de dissimulation, de mensonge, etc, tout cela évidemment sans aucune preuve, sans aucune citation étayée ni sourcée, sans aucun témoignage de patient réel ou de référence à un cas judiciaire, non, juste des “on-dit”, juste des mots de corbeau voulant salir une profession,  une délation, sans morale ni éthique :

Outre ces problèmes d’homologation et de traçabilité, les prothèses font également l’objet de trafics. Mais les médecins préfèrent parler «off». Certaines, considérées comme innovantes, sont beaucoup plus chères que d’autres. Il n’est pas rare de voir des médecins facturer au patient la prothèse innovante alors qu’ils lui implantent en réalité un modèle beaucoup plus courant et donc beaucoup moins cher. C’est comme si on facturait une Ferrari alors qu’en réalité on vend une 4L. «Sauf que là, personne n’ira vérifier», ironise un médecin. Le prix peut être multiplié par dix“.(Le Figaro-Anne Jouan-02/05/2013)

Ainsi, les chirurgiens commanderaient des prothèses de modèles courant à un fabriquant, ces modèles seraient livrés à un hôpital ou à une clinique, puis posés en salle d’opération par des chirurgiens et leurs équipes, et le dossier médical des patients comporterait finalement des informations pour un autre type de prothèse, plus innovant, plus cher et qui serait ensuite  facturé à la Sécurité sociale, remboursé par des mutuelles; Cette escroquerie massive, ce “trafic” écrit le journaliste, se déroulerait sans que personne n’y voit rien mis à pars un journaliste du Figaro, incapable cependant d’étayer ces graves accusations qui aurait mérité un réel travail d’investigation.

Espérons que La Société Française de Chirurgie Orthopédique et de Traumatologie et l’Ordre des Médecins ne laisseront pas passer ces accusations sans réagir

Source

Homologation, traçabilité: le grand bazar des prothèses

A. Jouan, le 02/05/2013

Crédit Photo Le Corbeau

Articles sur le même sujet