samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Pour une opération chirurgicale, choisissez toujours le lundi !

5866567170_aa28901818_z

Un certain nombre de patients décèdent à la suite de soins inappropriés au cours d’un séjour à l’hôpital. Il a par exemple déjà été démontré par plusieurs études qu’être admis aux urgences d’un hôpital au cours du week-end augmentait le risque de décès par rapport à une admission pour les mêmes causes un jour de semaine. Si ces études évaluaient le devenir des patients hospitalisés en urgences, une autre étude américaine retrouvait également une augmentation du risque de décès à 30 jours chez les patients hospitalisés classiquement un vendredi en comparaison aux autres jours de la semaine. Il y a deux explications à cette mortalité accrue du week-end : soit la qualité des soins est moindre avec en particulier un nombre plus faible de médecins expérimentés présents, soit les patients hospitalisés à ce moment sont plus graves.

Des scientifiques anglais de l’Imperial College de Londres, ont voulu distinguer chacun des jours de la semaines et en particulier le lundi avec cet « effet week-end ».  L’étude a inclus 4,2 millions de patients admis dans les hôpitaux anglais dont 27 582 sont décédés dans les 30 jours ayant suivi une opération chirurgicale.

Les analyses démontrent que le risque de mourir des suites d’une opération chirurgicale dans les 30 jours, augmente  à mesure que passent les jours de la semaine. Par exemple, le risque de décéder dans les 30 jours après une opération chirurgicale est accru de 44% si vous êtes opéré le vendredi au lieu du lundi et de 82% si vous êtes opérés le week-end au lieu du lundi. Chaque jour de la semaine est plus dangereux que le lundi. Cette augmentation du risque de décès est également retrouvé dans les 48 heures post-opératoires où, toujours en comparaison à un lundi, il est accru de 42% le vendredi et de 167% le week-end.

Les auteurs ont ensuite considéré 5 opérations chirurgicales à risque :

–       Excision de l’œsophage ou de l’estomac (risque 35.8 décès /1000 opérations),

–       Excision du rectum ou du colon (24,3/1000)

–       Pontage coronaire (20,1/1000),

–       Réparation d’un anévrysme aortique abdominal (34,7/1000),

–       Excision d’un poumons (20,8/1000).

Les auteurs mettent en évidence que pour 4 sur 5 de ces procédures chirurgicales lourdes, la mortalité des patients s’accroie en fin de semiane en comparaison avec le lundi (il n’y a que pour l’anévrysme que ce risque n’est pas retrouvé). Ainsi un patient opéré d’un pontage coronaire un vendredi aura 28% de risque supplémentaire de mourir dans les 30 jours post-op qu’un patient opéré le lundi.

Cet effet se renforce encore le week-end. Cet « effet week-end » est d’autant plus prononcé que les patients présentent des co-morbidités, ont déjà été hospitalisés et sont très âgés (85-89 ans).

Si il était déjà clair qu’il ne fallait jamais accepter une hospitalisation non urgente un week-end, et cette étude le confirme à nouveau, elle restreint aussi le champs des possible. Préférez toujours une opération le lundi, cela augmente vos chances de survie à 48 heures et à 30 jours. L’étude ne permet pas de poser de raisons claires à cette surmortalité. Il reste bien sur l’hypothèse d’une fatigue des équipes une fois passé le lundi. Que mettent en place les hôpitaux pour lutter contre cette surmortalité ? Cette étude a été menée en Angleterre : et en France, se pose t-on seulement la question où fait-on comme souvent dans notre pays, ou ne rien chercher permet de ne rien trouver ?

Source

Day of week of procedure and 30 day mortality for elective surgery: retrospective analysis of hospital episode statistics

P Aylin, R Alexandrescu, MH Jen, E K Mayer, A Bottle

BMJ 2013;346:f2424

Crédit Photo Creative COmmons by  Army Medicine

Articles sur le même sujet