samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les 10 plus grandes causes de mortalité dans le monde sont un reflet du mode de vie occidental

3458301956_6130b5b946_z

Selon un rapport de l’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé, qui vient d’être publié, 55 millions d’êtres humains décèdent chaque année dans le monde : si la durée de vie a pu être allongée au cours des dernières décennies, l’écueil devant nous sera difficile à passer car il n’est plus le fait de germes infectieux mais d’un mode de vie occidental qui diffuse dans le mode entier, soutenus par des industries puissantes, des lobbies agressifs : alimentation carnée, sucrée, riche en graisse, apports caloriques excessifs, manque de dépense physique, favorisant globalement l’hypertension artérielle, ses effets cardiovasculaires et le diabète. Ajouter à cela un tabagisme qui ne recul devant rien, et des automobiles polluantes et dangereuses et vous avez le cocktail pratiquement la totalité des éléments responsables de ces 55 millions de décès.

Le cœur est l’organe à l’origine de la première cause de mortalité dans le monde, les infarctus et les autres pathologies ischémiques cardiaques tuent 17 millions de personnes. Cette première place est liée en partie à notre mode de vie alimentaire favorisant les aliments pouvant obstruer les artères et provoquer l’infarctus, encore favorisé par hypertension artérielle, le diabète et le tabac, tous entrainant une obstruction de nos artères conduisant à l’infarctus. Cette même obturation artérielle provoque au niveau du cerveau, les accidents vasculaires cérébraux, seconde cause de mortalité dans le monde. Et même si l’on sépare les différents pays en quatre catégories, les pays à revenus élevés, les pays à revenus élevés à moyens, les pays à revenus moyens à faibles et les pays à revenus faibles, ces deux causes de mortalité sont les deux principales dans les 3 premières catégories et sont à la quatrième et cinquième position dans les pays les plus pauvres où les infections tuent encore plus.

Viennent ensuite les atteintes pulmonaires : les infections pulmonaires sont la troisième cause de mortalité dans le monde : elles sont aussi favorisées par la pollution qu’elle soit automobile, industrielle ou liée au mode de cuisson par foyer ouvert dans les pays les plus pauvres, également source de pathologies pulmonaires obstructives, en quatrième position. Toutes ces atteintes pulmonaires sont aussi favorisées par le tabagisme actif ou passif.

Viennent ensuite deux pathologies infectieuses qui continuent de régresser dans le classement mondial, les diarrhées d’origine infectieuse, marquant la poursuite nécessaire des progrès de l’hygiène et d’un approvisionnement en eau pure, et le VIH.

Les cancers ORL et pulmonaires gagnent 2 places au classement des plus grands tueurs mondiaux, et sont dorénavant septième : il faut saluer ici le travail formidable des fabriquants de tabac qui malgré un environnement légal soit disant défavorable, gagnent de nombreux marchés dans les pays pauvres et conservent, dans les pays riches, grâce à leurs lobbying efficace,  un pool constant de fumeurs sans cesse renouvelé surtout chez les jeunes et les femmes.

Arrive ensuite le diabète, en constante progression dans tous les pays du monde, favorisé par le mode alimentaire occidental qui poursuit son expansion désastreuse, une avancée en parallèle à celle du surpoids et de l’obésité.

Autre victoire de notre nos civilisation, les accidents de la route entrent dans le top ten! En neuvième place la voiture et ses accidents sont dorénavant la neuvième plus grande cause de mortalité : 3500 personnes par jour perdent la vie à cause de la voiture, 700 de plus qu’en 2000.

Malgré des avancées notables en particulier dans les pays pauvres par applications de principes simples, la prématurité reste en dixième position du classement mondial des causes de décès, elle est responsable de 43% des décès des enfants de moins de 5 ans. Même si les causes de prématurités peuvent diverger entre les pays riches et pauvres, il est important de noter que la pollution favorise cette prématurité et que cela expose donc à une poursuite de la progression de cette pathologie tuant les nouveau-nés dans l’ensemble des villes, des pays développés ou non, où le contrôle de la pollution n’est pas efficace.

La tuberculose sort du top ten, mais continue de tuer 1,5 millions de personnes chaque année. Des germes résistants à la tuberculose restent une menace pour l’humanité.

A la différence d’il y a 50 ans, la majorité de ces causes de mortalité sont non transmissibles mais sont surtout des causes évitables : des règles hygiéno-diététiques, une réduction des apports caloriques, de l’exercice physique, l’interdiction de vente du tabac, la réduction de la vitesse et de la puissance des automobiles, une régulation de la pollution atmosphérique sont autant de facteurs qui réduiraient considérablement cette mortalité. Mais face à cette réalité se dresse l’industrie agroalimentaire, le règne des fast-foods, l’industrie du tabac, l’industrie automobile, sans parler du désintérêt des politiques. Il faudra certes bien mourir de quelque chose, mourrons d’accord, mais de mort lente, non?

Et en France? Notre pays est bien évidemment particulier. En effet, la première cause de mortalité dans notre pays est la mortalité par cancer et en particulier par cancer des poumons (cinquième cause au niveau mondial), en forte augmentation chez les femmes. Ce résultat est obtenu grâce à la conjonction des efforts menés par les lobbies des cigarretiers et des bars-tabac pour maintenir une offre abondante et à l’absence de mise en place d’action de santé publique anti-tabac efficace, camouflée derrière des augmentations faibles et régulières du prix du tabac sans aucune incidence sur les ventes. Cette responsabilité en revient entièrement aux ministres de la santé successifs. La mortalité par maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux arrivent ensuite.

Source

The top 10 causes of death

Fact sheet N°310
Updated July 2013

Crédit Photo Creative Commons by  Sam Howzit

Articles sur le même sujet