mardi 27 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Inhibiteurs calciques et cancer du sein : le lien reste à démontrer

2913727846_a7c54de7ba_z

Les femmes ménopausées traitées par un inhibiteur calcique pour leur hypertension artérielle ont un risque double de cancer du sein annonce la presse française et internationale après la publication d’une étude américaine dans la revue JAMA. Ce résultat est-il aussi clair qu’on veut bien le dire?

Les inhibiteurs calciques sont utilisés depuis les années 1950 dans le traitement de l’hypertension artérielle. Plusieurs classes ayant des modes d’action différents existent, dont des millions de prescriptions sont réalisées chaque année. Aux Etats-Unis, il s’agit de la classe d’antihypertenseurs la plus prescrite.

L’existence d’un lien entre inhibiteurs calciques et cancer a plusieurs fois fait la une de la presse médicale, un lien à chaque fois démenti par de nouvelles études. Mais en science tout doit être régulièrement réévalué, éventuellement en ciblant plus précisément les médicaments, les populations ou encore  la durée du suivi.

L’étude publiée dans la  revue JAMA a ciblé une population vivant autour de la ville de Seattle aux Etats-Unis : il s’agit d’une étude cas-contrôle, donc rétrospective, ayant inclue 880 femmes ayant un cancer du sein canalaire invasif (développé à partir des cellules épithéliales tapissant les canaux galactophores qui délivrent le lait), 1021 femmes ayant eu un cancer du sein lobulaire infiltrant (développé à partir des lobules, unités sécrétrices du lait) et 856 femmes sans cancer du sein. Ce type d’étude plonge dans le passé des patientes afin d’évaluer si la prise d’un traitement particulier, en l’occurrence, un inhibiteur calcique, était retrouvée chez plus de femmes ayant eu un cancer du sein que chez celles n’en ayant pas eu. 

Les analyses retrouvent que la prise d’un inhibiteur calcique au moment de l’étude, la prise d’un inhibiteur calcique dans le passé, ou la prise d’un inhibiteur calcique sur une courte période ne modifie pas le risque de cancer du sein quel qu’il soit. Cependant, le risque semble accru quand le traitement par inhibiteur calcique a duré 10 ans ou plus, un risque multiplié par 2,4 pour le cancer canalaire invasif et par 2,6 pour le cancer lobulaire infiltrant. Ce risque persistait quel que soit la classe d’inhibiteur calcique considérée mais n’était aucunement retrouvé pour tous les autres types d’antihypertenseurs.

En revanche, les scientifiques retrouvent également que les femmes prenant en même temps un inhibiteur de l’enzyme de conversion (IEC), une autre classe d’antihypertenseur, semblent protégées de ce risque de cancer du sein, le risque étant réduit de 30% pour les cancers canalaires et de 40% pour les cancers lobulaires : si cette réduction du risque n’est pas significative, il n’existait en tout cas chez ces femmes ayant les deux traitement aucun accroissement du risque.

Faut-il s’alarmer ce ces résultats ? Non, en tout cas pas pour le moment. En effet, les études cas-contrôle ne sont jamais conclusives et doivent être complétées par des études plus vastes et plus rigoureuses.

Par ailleurs, il est important dans ce type d’étude de savoir quels sont réellement les populations considérées : ainsi, il n’y avait en fait que 12 patientes du groupes contrôle ayant pris un inhibiteur calcique pendant 10 ans ou plus, 27 patientes dans le groupe ayant eu un cancer canalaire et 32 dans le groupe un cancer lobulaire, soit un risque évalué en fait sur une population de 70 patientes, dont le nombre de patientes du groupe contrôle était par ailleurs étrangement faible. Et, plus on demande de réponses à ce type d’études, plus la population se réduit et plus les résultats deviennent sujets à caution.

Ces résultats sont par ailleurs contrebalancés par les études précédentes (références ci-dessous) qui n’avaient pas retrouvé de risque accru, certaines avaient inclus un  nombre bien plus considérable de patientes (324 000 par exemple pour l’étude menée par le Pr Bangalore de New-York).

Source

Use of Antihypertensive Medications and Breast Cancer Risk Among Women Aged 55 to 74 Years ONLINE FIRST
Christopher I. Li, MD, PhD1; Janet R. Daling, PhD1; Mei-Tzu C. Tang, PhD1; Kara L. Haugen, MS1; Peggy L. Porter, MD1,2; Kathleen E. Malone
JAMA Intern Med. 2013;():-. doi:10.1001/jamainternmed.2013.9071

Which, if any, antihypertensive agents cause cancer?
Singh A, Bangalore S.
Curr Opin Cardiol. 2012 Jul;27(4):374-80. doi: 10.1097/HCO.0b013e328353bc4f.

Antihypertensive drugs and risk of cancer: network meta-analyses and trial sequential analyses of 324,168 participants from randomised trials.
Bangalore S, Kumar S, Kjeldsen SE, Makani H, Grossman E, Wetterslev J, Gupta AK, Sever PS, Gluud C, Messerli FH.
Lancet Oncol. 2011 Jan;12(1):65-82. doi: 10.1016/S1470-2045(10)70260-6. Epub 2010 Nov 29.

Long-term use of antihypertensive drugs and risk of cancer
Assimes TL, Elstein E, Langleben A, Suissa S.
Pharmacoepidemiol Drug Saf. 2008 Nov;17(11):1039-49. doi: 10.1002/pds.1656.

A cohort study of antihypertensive medication use and breast cancer among Danish women.
Fryzek JP, Poulsen AH, Lipworth L, Pedersen L, Nørgaard M, McLaughlin JK, Friis S.
Breast Cancer Res Treat. 2006 Jun;97(3):231-6. Epub 2006 May 3.

Relation between use of antihypertensive medications and risk of breast carcinoma among women ages 65-79 years.
Li CI, Malone KE, Weiss NS, Boudreau DM, Cushing-Haugen KL, Daling JR.
Cancer. 2003 Oct 1;98(7):1504-13.

Relation between drug treatment and cancer in hypertensives in the Swedish Trial in Old Patients with Hypertension 2: a 5-year, prospective, randomised, controlled trial.
Lindholm LH, Anderson H, Ekbom T, Hansson L, Lanke J, Dahlöf B, de Faire U, Forsén K, Hedner T, Linjer E, Scherstén B, Wester P, Möller T
Lancet. 2001 Aug 18;358(9281):539-44.

Cancer risk and mortality in users of calcium channel blockers. A cohort study.
Sørensen HT, Olsen JH, Mellemkjaer L, Marie A, Steffensen FH, McLaughlin JK, Baron JA
Cancer. 2000 Jul 1;89(1):165-70.

Calcium channel blockers, ACE inhibitors, and the risk of cancer in hypertensive patients: a report from the Department of Health Hypertension Care Computing Project (DHCCP)
Stahl M, Bulpitt CJ, Palmer AJ, Beevers DG, Coles EC, Webster J
J Hum Hypertens. 2000 May;14(5):299-304.

Crédit Photo Creative Commons by   Caitlinator

Articles sur le même sujet