samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Les parasites de Richard III, roi d’Angleterre

Capture d’écran 2013-09-04 à 22.57.52

Des analyses effectuées sur les restes récemment mis à jour de Richard III, dernier des Plantagenêts, semblent indiquer que le roi d’Angleterre était contaminé par des parasites intestinaux, des Ascaris lumbricoides.

Décidément, Richard III est très étudié depuis la découverte, en septembre 2012, de ce qui est dorénavant considéré comme son squelette, lors de fouilles d’un couvent médiéval,localisé dans un parking de Leicester en Angleterre.

Richard III, est mort au combat à 32 ans, le 22 Août 1485, sur le champs de bataille  de Bosworth en défendant sa couronne. Cette bataille marquait la fait de la guerre de 30 ans, encore appelée la guerre des deux roses, qui déchirait le royaume d’Angleterre : les Tudors succédaient aux Platagenets. Richard III mourut en répétant cette phrase  immortalisée par William Shakespeare, “Un cheval, un cheval, mon royaume pour un cheval! “.

L’analyse du squelette  avait identifié 10 blessures, dont huit à la tête, clairement infligées au cours de la dernière bataille du roi : la partie arrière du crâne était d’ailleurs manquante, découpée par une lame tranchante et un morCeau de métal était encore figé dans Ses vertèbres. Son opposant victorieux, Henri VII avait exposé le corps nu de Richard III à la populace de Leicester.

Au début de la l’année 2013, partir de son crâne, le Professeur de médecine légale, Caroline Wilkinson de l’Université de Dundee, lui avait redonné un visage.

Capture d’écran 2013-09-04 à 23.01.07

Des scientifiques de la division d’anatomie et d’anthropologie de l’université de Cambridge ont, à partir des restes prélevés autour de sa dépouille et en particulier de son bassin, recherché l’existence de parasites. De multiples oeufs d’Ascaris lumbricoides ont été identifiés à l’endroit où ses intestins se sont décomposés mais pas dans les prélèvements faits alentour, poussant l’hypothèses que de son vivant, ces parasites pullulaient dans ses intestins.

Ce type d’infection parasitaires est le résultat d’une contamination faeco-orale, par exemple lié à la consommation d’un aliment peu ou pas cuit, précédemment touchée par un cuisiner aux main sales. Les vers, de couleur crème, peuvent mesurer jusqu’à 30 centimètres. Cette pathologie de la pauvreté a presque disparue chez l’homme en Europe mais touche encore 1,5 milliards d’êtres humains dans le monde , causant selon l’OMS, 60 000 décès annuels.

Source

The intestinal parasites of King Richard III
Piers D Mitchell, Hui-Yuan Yeh, Jo Appleby, Richard Buckley
The Lancet Published Online September 4, 2013 http://dx.doi.org/10.1016/ S0140-6736(13)61757-2

Articles sur le même sujet