samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Le Brésil emprunte 4000 médecins à Cuba

3093235732_42c3d706bd_z

Déjà 400 des 4000 médecins que le gouvernement Brésilien a fait venir de Cuba sont arrivés le 25 août 2013. Ces médecins vont travailler comme médecins généralistes et compenser le manque de praticiens dans de nombreux états du Brésil, en particulier au sein des plus pauvres et les plus démunis d’entre eux. Au total, ce devraient être 15.000 médecins étranger qui seront déployés dans 700 communes du pays. Ce programme intitulé «Mais Medicos», «Plus de Médecins», a été lancé par le gouvernement de Dilma Roussef peu de temps après les explosions sociales de juin-juillet 213, tançant non seulement le manque de moyens du système de santé et du système éducatif mais aussi la corruption qui gangrène le pays de plus en plus dangereusement.

Si la médecine privée fonctionne bien et bénéficie de plateaux techniques coûteux efficaces, il n’en va pas de même de la médecine publique, aux hôpitaux vieillots, manquant de personnels, de matériels, et assujettis à ne distribuer que des copies de médicaments ou au mieux des génériques. Pour certains Etats, comme ceux du nord du pays, loin de la capitale et du poumon économique que constituent les villes de Sao Paulo et de Rio de Janeiro, la situation est plus que précaire. L’état de Maranhão par exemple compte seulement 0,58 médecin pour 1000 habitants contre 1,8/1000 en moyenne dans  le pays (2.8/1000 en Angleterre)

Cette situation difficile à résoudre dans une économie de marché, a poussé le gouvernement Brésilien à opter pour une solution rapide mais bancale, recruter des médecins à l’étranger. C’est donc Cuba qui a accepté d’envoyer 4000 médecins, après que le Brésil ait passé un accord avec l’Organisation Pan Américaine de Santé (OPAS). Le Brésil rémunèrera Cuba 10 000 RS par mois et par médecin (environ 3800 euros), le montant du salaire normal d’un médecin dans la santé publique Brésilienne; Mais Cuba ne retournera que 30% de cette somme au praticien. Ces médecins seront là pour 3 années.

La réaction des médecins Brésilien ne s’est pas fait attendre, les organisations médicales ont déjà lancé plusieurs journées de grève nationale. En effet, selon eux, l’arrivée de ces «nouveaux» médecins ne règle en rien les problèmes de fond d’un système social miné et ne sont qu’une réponse démagogique à un problème de fond. Par ailleurs, ils ne seront pas obligés comme le serait n’importe quel médecin voulant s’installer au Brésil, de passer l’examen national dit de Revalidation des diplômes médicaux (Revalida) évaluant la compétence médicale d’un praticien et dont le taux d’échec est élevé. Leur niveau  de connaissance du portugais ne sera pas non plus vérifié, deux obstacles à un exercice de qualité.

En fait, ces médecins cubains ne bénéficieront que d’une formation de 3 semaines aux pathologies locales et au portugais. 282 autres médecins, qui s’ajoutent aux 4000 envoyés par Cuba, sont arrivés  d’Argentine, du Mexique, du Portugal, d’Espagne, d’Uruguay et du Venezuela. Les organisations médicales Brésiliennes ont déposé un recours auprès de la cour fédérale afin d’empêcher d’exercer ces médecins n’ayant pas validé leur examen de compétence ; “Le gouvernement ne règle aucun des trois problèmes majeurs du système de santé brésilien : le manque d’argent, le manque de gouvernance et la corruption » regrettait Cardoso, leader de ces organisations médicales lors d’une interview au British Medical Journal.

Par ailleurs, selon certains témoignages, des communes auraient déjà résilié les contrats qui les liaient à des médecins pour bénéficier des médecins étrangers du programme “Mais Medicos” et économiser ainsi le salaire de leur médecin puisque tous ces médecins étrangers sont payés par des fonds nationaux.

Source

Cuban doctors take up posts in Brazil amid jeers from local physicians
Tiago Villanueva
BMJ 2013;347:f5379

Crédit Photo Creative Commons by  flippinyank

Articles sur le même sujet