samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

“Produits de beauté”, des poisons en vente libre. Comment éviter les produits dangereux?

Capture d’écran 2013-09-15 à 23.04.46

L’institut Noteo a analysé 15 000 produits d’hygiène-beauté. 41% d’entre eux contiennent des perturbateurs endocriniens. Comment savoir quels produits il faut éviter d’acheter?

Vous imaginez que vos produits de beauté, appliqués directement sur votre peau, vos lèvres, vos ongles ou vos cheveux sont des produits sains, testés, certifiés, puisque utilisés par tant d’êtres humains? Détrompez-vous, la loi du gain règne aussi dans la beauté. Les marques que vous préférez ou que vous connaissez le mieux, grâce à leur fort investissement marketing, ou grâce aux stars toujours belles et aux cheveux éclatants qui les recommandent, sont finalement celles qui investiront le moins dans votre santé, et vous empoissenent peut-être le plus sûrement. Vous allez vous en rendre compte par vous même…
Mais il y a dorénavant une solution. Vous allez enfin pouvoir utilser des produits sains et banir à jamais ces marques et ces produits qui se sont moqués de vous en vous vendant très parfois cher des produits de mauvaise façon, importés de pays à bas-coût, principalement de Chine, mauvais pour votre santé, mauvais pour l’environnement et mauvais pour votre porte-monnaie.

En partenariat avec le Réseau environnement santé, l’institut Noteo a fait ce que vous rêviez de faire, analyser le contenu des produits que vous achetez.  Noteop a ainsi analysé 15 000 produits d’hygiène-beauté, vernies à ongle, rouge à lèvre, shampoings, bain-douche, soins du visage, déodorants, etc.

Quarante pour cent de ces produits contiennent des produits toxiques néfastes à la santé humaine et/ou à l’environnement, comme les perturbateurs endocriniens ; phtalates, bisphénols, parabènes, triclosan, cyclopentasiloxane…la liste est longue et l’empoisonnement quotidien. Au total, un français consomme 2kg par an de produits chimiques toxiques. Par exemple, plus de 43 000 pertrurbateurs endocriniens dont seulement 860 sont clairement identifiés sont ajoutés par les industriels aux produits de grande consommation en toute impunité.

Selon l’analyse révélée par l’Institut Noteo, les plus contaminées sont les vernis à ongles dont 74 % contiennent un perturbateur endocrinien, puis les fonds de teint dont 71 % en contiennent, les produits de maquillage pour les yeux (51 %), les démaquillants (43 %), les rouges à lèvres (40 %), les soins du visage (38 %), les déodorants (36 %), les dentifrices (30 %) ou encore les shampoings (24 %). Beaucoup contiennent plusieurs perturbateurs. Et nous n’évoquons ici que les perturbateurs endocriniens. Il faudrait aussi évoquer les métaux lourds enrichissant par exemple souvent les rouges à lèvres.

La solution la plus simple est selon cette enquète de l’institut Noteo de choisir des produits labellisés Bio car seulement 1,3% d’entre eux contiennent des substances actuellement jugés nocives. C’est donc une première approche. Sinon, l’institut noteo met à votre disposition gratuitement une application Iphone fantastique (également disponible sur androids). Vous êtes dans votre magasin et voulez acheter un champoing. Votre premier reflexe est de saisir un shampoing Elsève Liss-Soyeux de l’Oréal. Vous scanner alors son code barre à l’aide de votre nouvelle application Noteo et vous avez accès immédiatement à la fiche dudit champoing. Le résultat est terrible : une note globale de seulement 5/10 avec 0 en santé , 6,3 en environnement, 4,6 en social et 7,1 en budget. Vous le remettez donc en rayon et vous allez en choisir un autre, d’une autre marque et d’un autre fabriquant! Noteo vous propose même des alternatives.

La note attribuée à un produit va de 0 à 10 et se fonde sur 4 critères : santé, environnement, social et budget.

Le critère santé : 

L’Institut Noteo a passé au crible des milliers de substances pour effectuer une qualification des risques :

  • sur 14 pathologies et risques sanitaires : cancérigène, mutagène, allergène, perturbateur endocrinien, contaminants, … ;
  • en fonction du niveau de preuve scientifique : suspectée, avérée, ou controversée ;
  • et à partir de sources fiables et validées scientifiquement : Union Européenne, Centre International pour la Recherche Contre le Cancer, International Chemical Secretariat, …

L’Institut Noteo a ainsi constitué une classification robuste et d’une ampleur sans équivalent connu, pour passer au crible des dizaines de milliers de produits sans ignorer de substances à risques.

Le critère environnement :

La note « environnement » correspond aux impacts potentiels du produit sur plusieurs aspects environnementaux, à différentes étapes de son cycle de vie. Les experts de l’Institut Noteo déterminent les impacts des produits, à partir de 4 000 profils types et de données issues de sources de référence (ADEME, EcoInvent, LCA Food, USETox…), sur les indicateurs suivants ;

  • Changement climatique : évalue la contribution du produit en matière d’émissions de gaz à effet de serre, en g. équivalent CO2
  • Consommation d’eau : estime la quantité d’eau nécessaire à la production des matières premières du produit, sur la méthodologie Water Footprint.
  • Ressources naturelles : mesure la consommation de ressources épuisables telles que le pétrole, les minerais…
  • Eutrophisation : mesure les rejets de substances azotées, ayant pour conséquence la prolifération d’algues.
  • Acidification terrestre : mesure les émissions de gaz soufrés, en equivalent SO2, à l’origine des pluies acides qui vont se concentrer dans le sol.
  • Ecotoxicité : mesure le potentiel toxique lié aux rejets de produits chimiques (substances, engrais, pesticides) dans les milieux aquatiques ou terrestres, en CTUe

Le critère social : 

A propos de l’entreprise fabriquante, l’Institut Noteo s’appuie sur les analyses de son partenaire Inrate, une agence de notation extra-financière indépendante, créée il y a plus de 20 ans. La notation sociale de l’entreprise repose sur 85 indicateurs thématiques, analysant les engagements, les controverses et les performances de l’entreprise, de manière actualisée. Elle se traduit en deux grands indicateurs : la Gouvernance et les Droits des Travailleurs, regroupant chacun des dizaines d’indicateurs (santé et sécurité des employés, droits fondamentaux, travail des enfants ou forcé, corruption, plans sociaux, dialogue social, …). Les  analyses d’Inrate couvrent uniquement les entreprises cotées sur les marchés boursiers : tous les produits présents sur Noteo ne disposent pas d’une notation sociale, faute d’informations suffisantes et fiables sur l’intégralité des entreprises.

Le critère Budget :

La note « budget » estime le coût réel du produit, par rapport aux autres produits de sa famille, ramené à la même unité commune pour la comparaison. Elle est calculée différemment selon les catégories de produits :

  • Hygiène et beauté : prix ramené au litre
  • Produits d’entretien : prix ramené au litre, ou au nombre de lavages (pour les lessives et produits lave-vaisselle).
  • Alimentation : prix au kilogramme de produit réellement consommé. Prend en compte la proportion du produit réellement comestible (ex : viande sans les os) ainsi que la transformation lors de la préparation (ex: gain ou perte de poids après cuisson)
  • Boissons : prix au litre de produit réellement consommé. Prend en compte la transformation lors de la préparation (ex: dilution à l’eau…)

La base de données Noteo, sera actualisée en permanence, actualisation à laquelle vous pouvez participer grace à l’application Iphone. Il est à espérer que cette initiative constitue une incitation pour les industriels à adapter leurs formulations et à trouver des substituts.

En plus Noteo vous apporte le même niveau d’information pour bien d’autres produits que les produiyts hygiène beauté : vous pourrez donc évaluer l’intégrité de toute votre alimentation, vos boissons, et vos produits d’entretien,  

Source

Institut Noteo

Articles sur le même sujet