dimanche 4 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Autopsie d’un chicken nugget : vous n’en mangerez plus jamais!!!!

3010738716_f092dfb97b_b

Ce n’est plus un secret pour personne, l’obésité frappe nombre d’adeptes des fast-foods. Parmi les aliments inventés par les chaines de fast-food, figure en bonne place le chicken nugget. Au Mississippi, l’état le plus obèse des Etats-Unis, un Etat dont la loi interdit toute mesure de restrictions des portions alimentaires, plus de 50 chaines de fast-food proposent des chicken nuggets. Tous les fast-foods en proposent également en France y compris dans les menus destinés aux enfants.

Des scientifiques de l’université du Mississippi , un état du sud du pays où le poulet est un plat traditionnel, ont donc voulu évaluer ce que contenaient réellement ces chicken nuggets. Pour cela, ils sont simplement sortis de l’hôpital et se sont rendus dans les fast-foods les plus proches pour acheter quelques chicken nuggets avant de les ramener au laboratoire pour analyses.

Comme on pouvait s’en douter, les chicken nuggets sont bien fabriqués à partir de poulet. Mais quelle est la partie du poulet que vous pensiez y trouver? Un premier chicken nugget analysé ne contenait que 50% de muscle squelettique, ce que mange habituellement l’être humain sur un poulet ; l’autre moitié, vous n’y auriez jamais gouté sans les nuggets :  Les scientifiques ont identifié de la graisse, beaucoup de graisses, des vaisseaux sanguins, des nerfs, du tissu épithélial, de la peau et des vicères. Un second nugget ne contenait lui que 40% de muscle squelettique (la variable d’ajustement du prix de vente), le nugget lowcost. L’absence de viande était compensée par beaucoup de graisses, de tissus conjonctifs, de nombreux autres tissus inutilisables ailleurs et même des morceaux d’os broyés, rien ne se perd dans le poulet.

La science de l’alimentation a donc permis de modifier une source identifiable de protéines maigres, le muscle squelettique de poulet, en un produit recyclant tous les détritus du poulet et qui, par conséquent, est riche en sel, en sucre et en graisses. Les chaines  de fast-food dans lesquels les nuggets ont été achetés indiquaient ceci comme ingrédients : pour le premier, graisses 56%, sucres 25%, protéines 19% et le second, graisse58%, sucre 19% et protéines 18%.

Et, plus les chicken nuggets sont bons marché, plus leur composition empire. C’est ce qu’a montré une analyse de la composition des nuggets réalisée en fonction de leur prix d’achat en supermarché : les nuggets lowcost  contiennent encore plus de graisses, et surtout plus de graisses saturées. Souvent, les sources alimentaires des poulets destinés à devenir des nuggets sont à base de déchets de poissons, modifiant encore davantage, la composition habituelle de la viande  de poulet.

Vous pouvez donc bannir les chicken nuggets de votre alimentation, mais ne passez pas pour autant aux hot dogs. Des scientifique du service d’anatomie pathologique de Cleveland s’étaient penchés sur leur composition, une question majeure quand on sait que 20 000 millions de saucisses sont consommées chaque années aux Etats-Unis. Face à une telle consommation, le manque de vraie viande explique certainement les résultats étonnant mis en évidence par les scientifiques : ils ont acheté 8 types de saucisses :  saucisses dites de dinde, de poulet, de bœuf, ou de porc. En fait les saucisses contiennent très peu de viande, entre 2,9% et 21,1% seulement. Six sur huit  avaient moins de 6,7% de viandes. L’ingrédient principal que vous payez en achetant des saucisses est donc de l’eau car moins il y a de viande, plus il y a d’eau, entre 55% et 69% d’eau en fonction des saucisses ! Rajoutons des graisses, entre 10% et 19%. Les saucisses contenaient ainsi entre 6 et 19 grammes de graisses pour 4 à 10 grammes de protéines. Les types de « viandes » retrouvées étaient diverses rappelant le subterfuge des producteurs de nuggets : dans ces saucisses étaient retrouvés, des vaisseaux sanguins, des tissus conjonctifs, des morceaux d’os (plus de 20 morceaux par saucisses chez 5 d’entre elles), des morceaux de nerfs, de cartilages, de tissus adipeux et même de débris végétaux.

Ces deux analyses, certes réalisées sur de petits échantillons, sont cependant caractéristiques d’une technique rentable mise en place par filière agroalimentaire. 

Source

The autopsy of chicken nuggets reads « chicken little »
Deshazo RD, Bigler S, Skipworth LB
Am J Med. 2013 Sep 11. pii: S0002-9343(13)00396-3. doi: 10.1016/j.amjmed.2013.05.005. [Epub ahead of print]

Fatty acid composition of cooked chicken meat and chicken meat products as influenced by price range at retail
Rachael A Gibbs, Coraline Rymer, D.I. Givens
Food Chelistry 138 (2013) 1749-1756

Applying morphologic techniques to evaluate hotdogs: what is in the hotdog we eat?
Prayson BE, McMahon JT, Prayson RA
Ann Diagn Pathol. 2008 Apr;12(2):98-102. doi: 10.1016/j.anndiagpath.2007.04.012. Epub 2007 Oct 24.

Crédit Photo Creative Commons by

 laverrue

Articles sur le même sujet