dimanche 25 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Faut-il s’alimenter avant un effort physique?

8421338763_f9aa534091_c

Il était usuel de recevoir comme conseil de ne pas s’alimenter juste avant un effort sportif. Ce conseil se basait sur l’hypothèse qu’un apport calorique entraine une hausse rapide du glucose sanguin, suivi d’une rapide baisse de ce glucose sanguin, appelée à tord “hypoglycémie rebond”. Et cette baisse du sucre dans le sang était supposée intervenir au cours de l’effort sportif. En 1979 par exemple, Foster montrait par exemple chez 8 athlètes que la prise de sucre (75 grammes dilués dans de l’eau) avant un exercice sur bicyclette, réduisait de 19% le temps d’endurance, abaissant celui-ci à 43 minutes contre 53 minutes sans prise de sucres. Les athlètes présentaient bien une réduction du taux de sucre sanguin, mais celle-ci restait de faible amplitude et se corrigeait. Les chercheurs reliaient la baisse de performance à une augmentation de l’oxydation des carbohydrates et à une inhibition de mobilisation des acides gras. Globalement, ce qui fut alors retenu était de ne pas s’alimenter juste avant un effort parce que cela nuirait à la performance.

Cette idée est aujourd’hui considérée comme erronée, car si une baisse du sucre sanguin peut effectivement survenir suite à une alimentation avant un effort, cela est d’abord très rare, mais en plus n’affecte pas du tout la performance. Un groupe de cyclistes britanniques a ainsi effectué un essai en réalisant à 3 jours d’intervalles des efforts après ingestion de 0, 25,75 et 200 grammes de glucose.Aucune différence de glycémie ne fut observée chez chacun des cyclistes au cours de leurs 4 efforts, et même si chez certain le glucose s’abaissait effectivement aucune baisse de performance n’a pu être constatée. C’est même l’inverse qui a pu être démontré : la consommation de sucre dans l’heure qui précède un effort tend à améliorer la durée de l’effort.

Il est donc conseillé aux sportifs réalisant des efforts soutenus d’absorber une alimentation riche en sucres et de s’hydrater dans l’heure qui précède. Au cours de cette heure, les muscles ont ainsi la capacité d’absorber ce sucre et donc de refaire le plein d’énergie. Et si cette nourriture contient également des protéines, il semble que la capacité de stockage énergétique est même accru, autorisant un effort amélioré. cet apport en protéine serait également important pour réparer les altérations musculaires crées par l’effort.

Une telle supplémentation combinant apport en sucres et en protéines semble également intéressante après l’effort. Une équipe du laboratoire de physiologie de l’université de Texas a ainsi évalué l’effet du lait chocolaté ingéré immédiatement après un exercice aérobie et encore une heure après. Le lait chocolaté combine carbohydrates et protéines.Le groupe buvant ce lait chocolaté améliorait sa VO2 Max ainsi que sa composition corporelle (abaissement de la masse grasse) en comparaison à un groupe ne prenant une boisson sportive (riche en sucre) ou un placebo.

Source

Ask Well: Eating Before Exercise
Gretchen Reynolds
New York Times, 26 Aout 2013

Effects of preexercise feedings on endurance performance
Foster C, Costill DL, Fink WJ
Med Sci Sports. 1979 Spring;11(1):1-5.

Jentjens RL, Cale C, Gutch C, Jeukendrup AE.
Eur J Appl Physiol. 2003 Jan;88(4-5):444-52. Epub 2002 Nov 27.

Aerobic exercise training adaptations are increased by postexercise carbohydrate-protein supplementation
Ferguson-Stegall L, McCleave E, Ding Z, Doerner Iii PG, Liu Y, Wang B, Healy M, Kleinert M, Dessard B, Lassiter DG, Kammer L, Ivy JL.
J Nutr Metab. 2011;2011:623182. doi: 10.1155/2011/623182. Epub 2011 Jun 9.

Crédit Photo Creative Commons by  puuikibeach

Articles sur le même sujet