dimanche 25 septembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Dépistage du cancer du poumon, lutte contre le tabac et la pollution atmosphérique, grands absents du 3e plan cancer

6630525721_e11a96585a_z

Lors de sa conférence de presse, Mardi 4 févier 2014, le président de la république, François Hollande, a entériné 4 axes stratégiques contre le cancer ; guérir plus de personnes malades, favoriser la recherche et l’accès à l’innovation, améliorer la vie des malades pendant et après le cancer, et limiter le nombre de nouveaux cancers en agissant sur les cancers évitables. Mais encore une fois les mots volontaires camouflent l’absence d’ambition. Car même si le président affirme que “La prévention c’est le meilleur investissement, pour l’ensemble des questions de santé publique. C’est un élément essentiel de la stratégie nationale de santé”, rien de nouveau n’apparait pour une lutte véritable contre le tabac, le dépistage du cancer du poumon ou la lutte contre la pollution.

Pourquoi tous nos hommes et femmes politiques ont-ils  tellement peur d’affronter le tabac, son industrie et ses buralistes ? Aucun député, depuis que cette glorieuse assemblée nationale existe, n’a jamais osé déposer un amendement demandant l’arrêt pur et simple de la vente du tabac! Cette curieuse pudeur qui coutera la vie à un milliard d’êtres humains au XXIe siècle, fait pourtant déjà, en seulement une année les mêmes ravages que fit le Zyklon B en quatre. Peut-être faut-il choquer encore plus pour que la dimension de la démission des élus face à une responsabilité historique soit véritablement mise en lumière? Si n’importe quel médicament était reconnu coupable de provoquer quelques décès, il pourrait être immédiatement éliminé de la pharmacopée et retiré du marché. Alors pourquoi ministres et présidents successifs laissent-ils le tabac en vente libre ? Aux Etats-Unis, la chaine CVS bannit le tabac de ses 7600 magasins et en Australie l’interdiction totale du tabac est sur les rails, seule voie pérenne pour éviter que de nouveaux fumeurs grossissent les rangs des futurs cancéreux. Et que personne ne pleure sur les subsides liés aux taxes, un paquet de cigarette coute bien plus cher en soin médicaux qu’il ne rapportera jamais d’argent à l’état (plus de 100 euros par paquet). Contrebande ? Quelques-uns y auront recours pour continuer à fumer ? Très bien, mais combien d’autres seront sauvés ?

La FDA américaine a de son côté publié la liste des pathologies causées par le tabac au cas où certain ignorerait que ses effets nocifs ne sont que de tuer 50% de ses consommateurs par cancer des poumons. Il y a donc d’autres bonheurs à fumer (cf. dessin) : Cancers de l’oropharynx, du larynx, de l’oesophage, de la trachée, des bronches et des poumons, de l’estomac, du foie, du rein et des uretères, du colon, du rectum et de la vessie, sans oublier ce qui n’est pas cancéreux, mais seulement potentiellement mortel, comme les accidents vasculaires cérébraux, la cécité, la cataracte, la DMLA, les anomalies néonatales (quand maman fume avec son foetus), les pathologies pulmonaires chroniques obstructives, la tuberculose, le diabète, la réduction de la fertilité, l’a grossesse ectopie, la dysfunction érectile, la polyarthrite rhumatoïde, l’artériopathie oblitérante des membres inférieures, la maladie coronaire, la diminution de la puissance immunitaire.

Capture d’écran 2014-02-10 à 11.16.59

Malgré cela une  véritable mobilisation contre le tabac n’apparait toujours pas dans le troisième plan anti cancer. Pas plus que la mise en place d’un dépistage national des cancers du poumon chez les fumeurs. Ce  dépistage généralisé va être implémenté aux Etats-Unis. Objectif, sauver des vies mais aussi dépenser moins.

L’utilité de ce dépistage a été confirmé par 4 études cliniques randomisées qui ont montré la capacité des scanner à faible dose à mieux détecter les très petits cancers du poumon rendant possible un traitement immédiat (le scanner à faible dose est une nouvelle technique qui permet de réduire la dose d’irradiation de plus de 90% ; une seule acquisition de 4 secondes en apnée suffit pour détecter des nodules pulmonaires de petite taille, invisibles sur la radiographie du thorax. Cette technique perme, en plus d’un diagnostic très précis, d’éviter les erreurs d’interprétation). Le plus grand essai a montré que dépister des fumeurs âgé de 55 à79 ans et ayant fume un paquet par jour pendant 30 ans, réduisait la mortalité par cancer du poumon de 16% et la mortalité toutes causes de 7%, tout en offrant à certains patients le cadre idéal pour une prise en charge d’arrêt du tabac.  L’American College of Chest Physicians, l’American Society of Clinical Oncology, l’American Thoracic Society recommandent toutes ce dépistage depuis 2 ans. En France, rien.

La pollution a été reconnue comme un cancérigène avéré par l’OMS cette année. Le troisième plan aurait pu y consacrer quelques objectifs. Rien non plus. Le diesel peut continuer ses ravages silencieux qui vont bien au-delà des simples cancers du poumon….7500 décès au minimum par an.

On s’étonnera en revanche de la promotion renouvelée de la vaccination contre les papillomavirus, un vaccin qui n’a jamais montré réduire le risque de cancer du col mais qui évite seulement, chez un certain nombre de vaccinées n’ayant jamais eu de rapport sexuel, le risque de contracter deux ou quatre type de papillomavirus dont il existe des dizaines. La bénédiction présidentielle à ce vaccin non remboursé, non inscrit sur la liste des vaccinations indispensable et ayant obtenu son autorisation de mise sur le marché grâce à un certain Xavier Bertrand qui en avait signé l’autorisation en urgence une semaine avant de quitter son cabinet en grillant l’ensemble des instances scientifiques, reste étonnante et sera probablement sujet à controverse, comme le renforcement de la vaccination de l’hépatite B affiché sans aucun besoin ni objectif.

Source

Aberle DR, Adams AM, Berg CD, Clapp JD, Clingan KL, Gareen IF, et al; National Lung Screening Trial Research Team. Baseline characteristics of participants in the randomized National Lung Screening Trial. J Natl Cancer Inst. 2010;102:1771-9. [PMID: 21119104]

Kovalchik SA, Tammemagi M, Berg CD, Caporaso NE, Riley TL, Korch M, et al. Targeting of low-dose CT screening according to the risk of lung-cancer death. N Engl J Med. 2013;369:245-54. [PMID: 23863051]

de Koning HJ, Meza R, Plevritis SK, ten Haaf K, Munshi VD, Jeon J, et al. Benefits and harms of lung cancer screening: modeling strategies for the U.S. Preventive Services Task Force. Ann Intern Med. 2014;160

http://www.idblog.ch/thoracique/le-scanner-doit-il-remplacer-la-radiographie-du-thorax/

Crédit Photo  Creative Commons by Mikamatto

Articles sur le même sujet