samedi 3 décembre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Jérôme Horwitz, inventeur de AZT est mort dans l’oubli à 93 ans

Capture d’écran 2014-03-11 à 01.36.18

Jérôme Phillip Horwitz (Jan. 16, 1919- Sep. 06, 2013) était un scientifique américain largement méconnu. Il est décédé en fin d’année dernière, sans hommage. Il fut pourtant le créateur de l’AZT, le premier médicament qui réussit à faire reculer le SIDA et redonna espoir à des milliers de patients, à leurs familles et aux médecins engagés dans la lutte contre ce virus.

C’est en 1964, alors qu’il travaillait au centre de recherche contre le cancer de l’Université Wayne State à Détroit, que J. Horwitz met au point cette molécule, l’azidothymidine, l’AZT dans l’espoir qu’elle devienne un traitement anticancéreux efficace. Une famille entière de composés furent d’ailleurs créés sur la même idée : les “dideoxythymidines”, ainsi qu’elles furent appelées, étaient des créations construites à partir de nucléosides, les sous fractions de protéines composant l’ADN. L’hypothèse scientifique était que ces créations synthétiques, une fois injectées dans des cellules cancéreuses, perturberaient leur croissance et donc celle de la tumeur. J. Horowitz créa d’autres molécules sur ce même modèle comme la didanosine et la stauvidine (qui devinrent tous deux des médicaments antirétroviraux).

Mais les tests réalisés alors se révélèrent sans intérêt pour traiter les cancers et Horwitz oublia l’AZT et ses consœurs pour se consacrer à d’autres options.

Pourtant 22 ans plus tard ces trois molécules allaient aider des millions de patients contaminés par le VIH à travers le monde.

Dans les années 1980, alors que le nombre de patients augmente considérablement en particulier aux Etats-Unis, les médecins n’ont pas grand chose à proposer (Voir l’excellent film Dallas Buyer Club).

La compagnie pharmaceutique Burroughs Wellcome (devenue depuis GSK) demande à l’Institut National du Cancer d’évaluer l’efficacité de l’AZT contre le VIH. Cette technique du screening cherchait à évaluer des centaines de composés chimiques afin de voir si l’un d’entre eux pouvait être intéressant à évaluer cliniquement. L’AZT fonctionne, des études en double aveugle sont réalisés et montre l’intérêt du médicament dont l’utilisation va rapidement se généraliser après sa mise sur le matché en 1986, avant que des virus VIH y deviennent plus tard résistants. Mais d’autres molécules arriveront alors.

J. Horwitz n’a jamais touché un cent pour ses découvertes. C’est la compagnie pharmaceutique Burroughs Wellcome qui, après avoir montré l’efficacité de la molécule, l’a breveté, et en a touché les de milliards de dollars dividendes, ne reconnaissant jamais à J Horwitz les honneurs de la découverte. Dans les années 1960, ni lui, ni son laboratoire n’avait eu l’idée de protéger leurs découvertes.

Burroughs Wellcome fit un don de 100 000 dollars au Karmanos Cancer Institute, une aumône au regard des royalties.

Source

Jerome Horwitz, AZT Creator, Dies at 93
Paul Vitello
New York Times September 20, 2012

Articles sur le même sujet