samedi 1 octobre 2016

Docbuzz

Retrouvez Docbuzz sur Twitter

Docbuzz est aussi sur Facebook

Dépistage du cancer du sein : Près de 6000 femmes sur diagnostiquées chaque année en France

9530513426_86b95b549c_b

L’utilisation de la mammographie comme outils de détection des cancers est de plus en plus critiquée de par le fait qu’elle détecte des cancers qui seraient restés silencieux, et entraine des traitements longs pénibles et douloureux chez des patientes dont le cancer n’aurait pas modifié les dernières années de vie. Il est estimé que 19% des femmes détectées pour un cancer du sein sont dans ce cas. La revue médicale américaine JAMA publie une étude faisant le point sur ce risque de sur diagnostic.

Toutefois cette évaluation des sur diagnostics est le plus souvent obtenue par une estimation et reste difficile à avérer. les médecins du Women’s Hospital de Boston, estiment dorénavant que ce sur diagnostic touche non seulement  des carcinomes ductaux in situ, des cancers encore très limités et qui n’évolueront pas forcément de manière agressive, mais aussi des cancers invasifs. Car en fait, même non traités, les scientifiques estiment que tous les cancers du sein ne sont pas mortels, certains ne progressent jamais, et d’autres ne progressent que très lentement, laissant le temps à une patiente de mourir d’une cause autre, surtout si elle est âgée ou présente déjà une autre pathologie ; Mais si, entre temps, une mammographie est réalisée radiothérapie et chimiothérapie peuvent venir gâcher les dernières années de vies.

Dans une étude Canadienne récente publiée dans le BMJ (voir article Docbuzz) qui avait suivi des femmes pendant 15 ans, les auteurs ont mis en évidence que 22% des 484 cancers invasifs détectés étaient sur diagnostiqués. Le chiffre à retenir est le suivant : pour 424 femmes ayant une mammographie (positive ou négative), un sur diagnostic est posé chez l’une d’entre elle. En extrapolant ce résultat au nombre de femmes dépistées en France, (2,5 millions en 2011-2012 selon l’INVS), il est possible d’estimer que 5895 sont sur diagnostiquées pour un cancer du sein chaque année dans notre pays.

Les auteurs recommandent donc, face à cette défiance médicale vis-à-vis de la mammographie, d’informer réellement les patientes des risques de la mammographie, une chose qui n’est pas faite en France. On retiendra que plus une femme est jeune, moins le bénéfice de la mammographie est net et que plus une femme est âgée, plus le risque de sur diagnostic est important. De nouveaux outils sont nécessaires pour remplacer la mammographie, identifier les patientes réellement à risque, ou aider au diagnostic de cancer invasif.

En particulier, après estimation de la durée de vie, les auteurs appellent à un arrêt du dépistage pour toutes les femmes ayant 10 ans ou moins d’espérance de vie

Alors que la prévention du cancer du sein par mammographie de dépistage ne semble même pas efficace pour sauver des vies, la volonté es instances gouvernementales de poursuivre cette détection risque de causer beaucoup plus de mal que de bien. La France a véritablement besoin d’une remise à plat de sa prévention et peut-être de favoriser des choses simple comme l’arrêt du tabac, un des facteur de risque de cancer du sein (cf. article Docbuzz)

Sources

Look for cancer and find it
Denise Grady
New York Times April 7, 2014, 5:33 pm

A Systematic Assessment of Benefits and Risks to Guide Breast Cancer Screening Decisions
Lydia E. Pace, Nancy L. Keating
JAMA. 2014;311(13):1327-1335

Breast Cancer Screening: Toward Informed Decisions
Joann G. Elmore, Barnett S. Kramer
Editorial, April 2, 2014
JAMA. 2014;311(13):1298-1299

Screening Mammography in Older Women: A Review
Louise C. Walter,  Mara A. Schonberg,
JAMA. 2014;311(13):1336-1347

Articles sur le même sujet