Une véritable politique de prévention, grande absente de la présidentielle

La santé préoccupe tous les français, et ce d’autant plus qu’ils avancent en âge et se trouvent confrontés aux maladies. Les affaires médicales défraient la chronique révélant une sensibilité profonde des français au maintien de leur bien-être et de cette sacro-sainte sécurité sociale qui permet à chacun de bénéficier de soins plus ou moins gratuits mais existant. Nos hommes politiques n’ont pas de mots assez forts pour vanter la qualité des soins apportés aux Français, prêts à tuer immédiatement dans l’oeuf, avec la complicité de la presse, toute velléité de critique (cf l’interne, Que toutes les Sabrina de France se lèvent !) ou même à camoufler toute révélation qui pourrait nuire au dogme des génériques (cf. Docetaxel). Pourtant, nous voyons tous la qualité de nos soins reculer, la qualité de nos hôpitaux chanceller, les déserts médicaux s’étendrent, les pharmacies fermer, les listes d’attentes pour un IRM, un dentiste ou un ophtalmologiste s’allonger d’une manière inédite, et bien sur les remboursements fondre. Et, malgré la décrépitude de ce système autrefois envié, la sécurité sociale coûte toujours plus cher, comme nos hôpitaux publics. Les déficits hospitaliers s’accumulent, en France métropolitaine, en Corse, à la Réunion, partout. Moins de soins pour un coût toujours plus élevé, et l’acceptation forcée des génériques n’a rien changé.

La sécurité sociale et les hôpitaux ne sont bien sûr pas les seuls pans de cette société française autrefois fiers, qui aujourd’hui font pale figure, l’éducation est en berne, la justice se plaint, la police défile, les universités pleurent.

Mais le malheur des uns ne fait pas le bonheur de notre santé ; les vagues de pollution atmosphériques s’accumulent et tuent 50 000 français chaque année, l’asthme s’étend, le nombre d’AVC reste étrangement élevé, le tabagisme tue 80 000 français par an, 1 enfant sur 150 né autiste, surtout des garçons, les démences séniles continuent de croitre, l’obésité explose, le diabète l’accompagne avec son lot de maladies cardiovasculaires et de handicaps et surtout les cancers fusillent en masse et de plus en plus jeune. Nombre de ces pathologies débilitantes et coûteuses pourraient être évitées par une prévention adéquate et surtout volontaire comprenant l’élimination rapide des facteurs environnementaux et des habitus en cause.

Pourtant aucun candidat ne propose de lutter activement et fermement contre ces pathologies dont les causes dont connues, identifiées, publiées. Le recul encore récent de l’Europe sur les perturbateurs endocriniens ou la prochaine condamnation de la France pour son absence de lutte contre la pollution sont autant de symptômes de cette inculture et de cette incapacité politique à s’attaquer activement à des problématiques concrètes.

Face à ces enjeux majeurs, que nous proposent ceux qui se prétendent aptes a la plus haute fonction?

Pour François Fillon, « il n’est pas question de toucher à l’assurance maladie, et encore moins de la privatiser, ni même de baisser son taux d’intervention, c’est en rendant plus lisible sa couverture par l’assurance maladie obligatoire des dépenses de santé qu’on rendra aussi plus juste le remboursement de soins pour les français », si t’as pas compris….relis. Pour l’hôpital, il souhaite réduire les personnels administratifs. Pour les parent d’enfants à lunettes, une mesure apparaitra très concrète, « le remboursement à 100% des lunettes pour enfant », mais probablement que ton gosse myope de 19 ans n’y aura plus droit.

Benoit Hamon lui souhaite donner plus de moyens humains et financiers à l’hôpital public, une belle promesse qui n’engage que ceux qui y croiront. Mais Hamon est conscient de l’importance de la prévention en matière de santé publique, et en politique averti te propose tout ce que tu es déjà d’accord avec…il veut « donner la priorité à la lutte contre les maladies chroniques, dont souffrent 15 millions de personnes en France et « Prendre le tournant de la santé environnementale », ce qui passe par la lutte contre les addictions, notamment à l’alcool et au tabac, par un plan en faveur d’une alimentation équilibrée, par l’éradication des perturbateurs endocriniens, des particules fines produites notamment par les moteurs diesel. C’est pas top ça? Bon, pour le comment, on attendra 2022…il souhaite aussi lutter contre les déserts médicaux en décourageant les médecins de s’installer dans des zones déjà « surdotées en offre de soins » en les déconventionnant…la gauche castratrice est de retour, sûre que ce type de politique risque de bien fonctionner avec les médecins libéraux. Il veut aussi s’attaquer aux prix trop élevés de certains médicaments quitte à rompre les conventions de propriété intellectuelles, en ayant recours à la « licence d’office » pour produire des génériques, dès lors que les prix du marché de médicaments « ne correspondent pas à la réalité des coûts de production », une belle compréhension des mécanismes industriels et humains du médicament, mais ça mange pas de pain et ça fera plaisir à sa copine  Michèle Rivasi et à son nouveau pigmalion fraudeur Andrew Wakefield. Enfin, le candidat du parti Socialiste propose le remboursement par la Sécurité Sociale d’une activité physique adaptée pour tout patient souffrant d’une maladie chronique ; la possibilité de prescription existe déjà mais pas encore le remboursement de ton abonnement au gymnase club, c’est l’occase. Comme pour les autres propositions du candidat du parti Socialiste, le financement de ses bonnes idées que tout le monde est d’accord avec, ne sont pas fournies dans la notice.

Emmanuel Macron lui, «veut désengorger les hôpitaux en créant des structures parallèles, des maisons pluridisciplinaires de santé qu’il souhaite doubler (on passerait de 1000 à 2000…. (c’est en fait le boulot que faisait un MG bien payé qui s’occupait du village avant qu’on decide de plus bien le payer. ndlr) et d’inciter les professionnels à s’installer dans les territoires qui en ont besoin, d’investir dans le numérique et la télémédecine pour permettre des consultations à distance (faudra offrir un ordi a mamy et lui installer skype ndlr), et améliorer le quotidien des malades (sic), Si avec ça t’es pas satisfait!  T’inquiète les vraies promesses arrivent « On prévient mal, et cela donne lieu à de vraies inégalités sociales« . OK? Le deuxième défi complémente t-il, est celui de « l’accès aux soins, sur le plan financier ou territorial »OK?….Autrement dit, « réduire le reste à charge, en particulier pour les domaines du dentaire, de l’optique et de l’auditif » et lutter contre « les déserts médicaux qui constituent aujourd’hui une inégalité ». Tout cela tu le savais déjà et tu attend toujours ses solutions…,oi aussi…mais la prévention est aussi abordée, si si….Macron propose une « révolution dans la prévention« . Comment? En proposant notamment d’établir un service sanitaire de 3 mois pour tous les étudiants en santé (avant ou après les 10 ans d’études, il ne précise pas)…mais il t’explique, « 40.000 étudiants qui se rendront en entreprise ou dans les écoles pour développer des actes de prévention, notamment sur l’alimentation, l’air, etc. » …le etc est important, tu complète comme tu veux….si ça c’est pas de la révolution? Informer les masses ignorantes des dangers du diesel et de la malbouffe?

Bref, tu l’auras compris, ce n’est que de la politique, versatile bien sûr, et jamais concrète pour ne fâcher personne. Aucun candidat ne propose de construire un grand projet de santé publique, aucun candidat ne propose à ton gosse asthmatique un air pur dans 5 ans, aucun candidat ne propose à ton fils déjà en surpoids une prise en charge réelle ni une surtaxe sur les sodas, aucun candidat ne promet à ta fille qui souhaite bientôt un enfant qu’il ne souffrira pas d’un déficit cérébral lié aux perturbateurs endocriniens à force de toucher les ticket de caisse chargés de bisphenol S de chez Auchan, aucun candidat ne s’intéresse à ta grand-mère Alzheimer, ni au petit voisin autiste dont la mère galère pour continuer à travailler, aucun candidat ne propose de solution aux déserts médicaux (ils ont pas encore dû comprendre pourquoi les médecisn ne voulaient pas y aller…), aucun candidat ne propose d’augmenter le numerus clausus (en fait si, mais on avait déjà écrit la phrase), aucun candidat ne veut sauver les pharmacies de campagne qui déjà mettent la clé sous la porte, aucun candidat ne propose de refonte de l’hospitalisation publique afin d’améliorer la qualité des traitements pour les patients et de les humaniser ni la qualité d’exercice pour les soignants, aucun ne discute de la complémentarité public-privé au sein des régions…mais rassure toi car même dans 5 ans, quand tout sera pire, tous t’assureront encore que tu es le mieux soigné du monde! (en plus tu paye pas cher).

Flûte on avait oublié Marine! Pas d’ostracisme! MLP s’est engagée « à garantir à chaque Français un accès aux soins optimal, grâce à un système de Sécurité sociale qui respecte le principe fondamental de solidarité nationale », Bon super, ça existe déjà. Autre chose? Elle est d’accord pour accroitre le numerus clausus HA! et veut instaurer un stage d’internat dans une zone désertifiée OH!…du coup on est pas sûr qu’ils voudront encore venir…Le reste c’est de la lutte…lutte contre les étrangers qui voudraient se faire soigner gratos en France, lutte contre la fraude, lutte contre le trafic de médicaments (les étrangers encore eux), lutte contre les malades chroniques qui ne prennent pas leurs traitements, lutte contre l’industrie pharmaceutique et ses prix (vive les génériques, tiens comme Hamon), lutte contre les arrêts maladies, etc. Aller, faut terminer maintenant alors, comme dit MLP, « Vive la Sécurité Sociale, vive la République, et vive la France ! ».

Crédit Photo Creative Commons ActuaLitté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *