Que trouve t-on dans les capsules d’Oméga-3 ?

de-nouvelles-etudes-en-question-assertions-que-cancer-de-la-prostate-de-poisson-huile-cures

Malgré d’importantes nouvelles études publiées en 2012 qui démontraient l’absence d’effet protecteur des suppléments alimentaires d’oméga-3 (voir articles Docbuzz cerveau/coeur), des millions de personnes à travers le monde continuent de consommer ces produits à la recherche d’un miraculeux effet protecteur cardio-vasculaire et cérébral (contre la maladie d’Alzheimer par exemple).

Certaines marques peuvent coûter jusqu’à 60 euros par mois de traitement, un marché juteux estimé à 1,2 milliards de dollars aux Etats-Unis.

Mais qu’y a t-il vraiment dans ces capsules jaunâtres, vendues à prix d’or? C’est la question à laquelle a voulu répondre la société LabDoor (https://labdoor.com/c/fish-oil), qui a analysé le contenu des gélules des 30 marques les plus vendues aux Etats-Unis et a mesuré la quantité totale d’omega-3, d’EPA (acide eicosapentaenoique), de DHA (acide docosahexaenoique), mais aussi de mercure.

La première découverte est que, si tous les produits contiennent bien des oméga-3, les deux tiers en contiennent au minimum 10% de moins que prétendu sur l’emballage et la moitié des produits testés en contiennent 25% de moins!

Les quantités d’EPA et de DHA, les des deux types d’omega-3, varient également de -50% à +90% par rapport à ce que l’étiquetage prétend. Tous les produits sont contaminés par le mercure mais à faible dose.

Au total, la société Labdoor met en évidence que comme de nombreux autres compléments alimentaires, ce est proposé sur l’étiquette ne correspond pas à ce qu’il y a sous l’emballage : les quantités de produits varient d’une manière très importante.

Si les oméga-3 sont des éléments importants de la constitution de nos cellules, cela ne constitue pas un argument rendant utile leur consommation en couteux suppléments quotidiens : manger des poissons sauvages comme le saumon ou la très peu chère sardine est largement suffisant. Il n’existe aucune preuve formelle à ce jour d’un intérêt thérapeutique à consommer ces suppléments alimentaires.

Aux Etats-Unis, GSK vend des gelures riches en omega-3 sous le nom de Lovaza, destinées à réduire les triglycérides, sans que ce traitement sur prescription n’ai montré de bénéfice en terme de réduction d’évènement cardio-vasculaire : “It is not known if LOVAZA prevents you from having a heart attack or stroke” confirme officiellement le site.

Source

TOP 30 FISH OIL SUPPLEMENTS
LabDoor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *