La contagion émotionnelle peut frapper les utilisateurs de Facebook

5373615290_65c27f623a_z

On savait déjà que la capacité de transfert des émotions positives ou négatives au sein d’un groupe était chose commune. Des scientifiques ont vérifié en injectant des données émotionnelles positives ou négatives à des utilisateurs de Facebook que ceux-ci réagissaient à distance de la même manière. Le bonheur ou l’humeur dépressive est donc également contagieuse via les réseaux sociaux. L’article est publié dans la revue PNAS.

Pour arriver à ce résultat, des scientifiques ont, avec la complicité du réseau social Facebook modifié le fil d’actualité de près de 700 000 utilisateurs mais évidemment sans que ceux-ci en soit informés, puis ont évalué si leur. Si cette pratique fait actuellement l’objet d’un débat stérile, ce n’est pas la première fois que des scientifiques utilisant ainsi le réseau Facebook pour évaluer le comportement émotionnel de ses utilisateurs.

Lorsque les scientifiques réduisaient à leur insu le nombre de posts contenant des mots positifs, les utilisateurs de Facebook réduisaient parallèlement leur utilisation de mots positifs et augmentaient le nombre de mots négatifs. De même, lorsque les scientifiques injectaient des posts contenant plus de mots positifs et moins de mots négatifs, l’utilisateur de Facebook réagissait en parfait pavlovien, comme si finalement le réseau n’était qu’une vaste toile émotionnelle où bonheur et tristesse pouvaient être manipulés simplement. L’humeur humaine peut donc être connectée à celle du réseau, en plus d’être soumise à de nombreux facteurs extérieurs, si une vie extérieure existe pour ces utilisateurs.

Ces résultats, s’ils sont significatifs restent marginaux quantitativement en tout cas : En effet, les différences entre les groupes contrôles et les groupes « manipulés », tant pour les émotions positives que négatives atteignent au mieux quelques pourcents de mots positifs ou négatifs, en plus ou en moins. Reste à savoir si cela entraine une véritable variation émotionnelle de l’humeur telle que le défini la médecine ?

Source

Experimental evidence of massive-scale emotional contagion through social networks
Adam D. I. Kramera, Jamie E. Guillory, Jeffrey T. Hancockc
PNAS June 17, 2014, vol. 111, no. 24p 8788–8790

Crédit Photo Creative Commons by Arry_B

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *