Les aliments issus de l’agriculture biologique sont nettement différents des autres…en mieux!

5095224335_513b769b81_b

L’inquiétude du public vis-à-vis de l’effet néfaste sur l’environnement et sur la santé humaine des produits de synthèse chimique utilisés en agriculture, a favorisé l’expansion de la demande des consommateurs pour les cultures organiques ou biologiques; Avec raison comme en témoigne cette nouvelle étude publiée dans la revue British journal of Nutrition.

Les cultures biologiques définissent une méthode de culture destinée à produire des céréales, fruits, légumes ou tous autres aliments, en évitant tout ajout de produit de synthèse chimique, pesticide, fongicide, ou fertilisant. Les parasites sont attaqués par des prédateurs, du compost végétal est utilisé pour fertiliser le sol et la rotation des cultures vise à éliminer la croissance parasitaire et faciliter la régénérescence des sols (attention, le label BIO pour les aliments en France n’interdit pas encore forcément l’usage de tous les pesticides/fongicides/fertilisants). Une des questions fondamentales, est de savoir si en plus de la préservation des sols et de la réduction de l’usage des contaminants chimiques et donc de la création de pollutions secondaires (nappes phréatique par exemple), la qualité des légumes et des fruits organiques est améliorée.

Le premier intérêt de consommer des produits issus d’une agriculture biologique est de réduire son exposition et celle de ses enfants aux pesticides : Un groupe américain de travail sur l’environnement avait compilé les données de 87 000 tests de recherche de résidus de pesticides et montré qu’en consommant certains fruits et légumes issus de cultures biologiques plutôt que de cultures classiques, il était possible de réduire son exposition aux pesticides de 80% : cela était vrai pour les pêches, les pommes, les poivrons, le céleri, les nectarines, les fraises, les cerises, la laitue, le raisin, les carottes, le choux, les bananes et les poires. En revanche, les taux de pesticides relevés étaient très faibles dans les produits suivants n’obligeant donc pas à changer pour des produits biologiques : oignon, avocat, mais, ananas, mangue, asperge, kiwi, aubergine.

Une revue complète de la littérature scientifique du domaine, particulièrement riche depuis 4-5 années, et incluant 343 études, a été réalisée par une équipe internationale Européenne, s’attachant en particulier à évaluer la quantité de métabolites secondaires comme les antioxydants, les vitamines, les macronutriments (protéines, acides aminés, sucres) et les minéraux, ainsi que les composés chimiques toxiques (pesticides…) et les métaux lourds. Près de 70% des études analysées avaient été réalisées en Europe : Italie, Espagne, Suisse, Pologne, République Tchèque, Danemark, Finlande, Allemagne, Turquie, et les études restantes proviennent des Etats-Unis, du Brésil, du Canada et du Japon.

Ces études démontrent très clairement que la méthode utilisée pour faire pousser les aliments a une influence directe sur la qualité de ces aliments :

Outre l’avantage d’être 4 fois moins contaminés par les pesticides, les analyses montrent que les aliments issus de l’agriculture biologique contiennent en moyenne 17% d’antioxydants en plus que les mêmes céréales, légumes ou fruits produits par l’agriculture classique à grand renfort de chimie. Pour certains fruits et légumes, cette différence est encore plus grande. Les flavanones, un sous groupe de flavonoïdes, des composés naturels qui auraient des bénéfices pour la santé humaine (un sujet qui reste controversé) sont 69% plus élevés dans les aliments organiques. Les aliments organiques sont également moins pollués par les métaux lourds comme le cadmium, qui contaminent souvent les fertilisants de synthèse.

Déjà il y a deux ans, une étude publiée par des scientifiques de l’université de Stanford retrouvaient effectivement plus de pesticides dans les aliments « classiques » que les aliments organiques mais sans que ne soit dépassée la limite légale sans pour autant retrouver de différence véritable en terme de qualité alimentaire

Si ce type de culture et d’évidence profitable à l’environnement, et évite la diffusion de pesticides et de ses conséquences néfastes à la santé humaine et animale, on ne peut toutefois pas conclure de cette étude que consommer des aliments organiques est meilleur pour la santé. La preuve que les antioxydants et les flavonoïdes ont un bénéfice direct sur la santé, en réduisant par exemple le risque de cancers ou de maladies cardiovasculaires, manquent encore.

Elle démontre cependant que sans ajout chimique de synthèse aux cultures, les aliments BIO produisent plus d’antioxydants. Le marché de l’agriculture organique atteint déjà de 32 milliards de dollars aux Etats-Unis ce qui ne représente toutefois que 4% du marché alimentaire, mais la demande reste forte.

Quand nos agriculteurs français se tourneront-ils franchement vers cette agriculture de meilleure qualité? En France le marché atteint 4,4 milliards d’euros, soit 2,5% du marché alimentaire, et progresse de 9% sur un an : malheureusement, la très grande majorité des produits issus de l’agriculture biologique doit être importés! Qui faut-il féliciter? Monsieur le Foll & Co?

L’étude a été financée par l’Union Européenne et par une association supportant l’agriculture organique.

Source

Higher antioxidant and lower cadmium concentrations and lower incidence of pesticide residues in organically grown crops: a systematic literature review and meta-analyses
Marcin Baran ́ski, Dominika S ́rednicka-Tober, Nikolaos Volakakis, Chris Seal, Roy Sanderson, Gavin B. Stewart, Charles Benbrook, Bruno Biavati, Emilia Markellou, Charilaos Giotis,Joanna Gromadzka-Ostrowska, Ewa Rembiałkowska, Krystyna Skwarło-Son ́ta, Raija Tahvonen, Dagmar Janovska, Urs Niggli, Philippe Nicot and Carlo Leifert
British Journal of Nutrition, 2014 Jun 26:1-18.

Crédit Photo Creative Commons

7 thoughts on “Les aliments issus de l’agriculture biologique sont nettement différents des autres…en mieux!

  1. Amgar Albert, renseignez vous sur les antioxidants et leurs innombrables bénéfices pour la santé avant de poser ce genre de question… Ils sont LA clé pour LA santé, et rien d’autre !! ils combattent l’oxydation = la rouille = les radicaux libres qui tuent nos cellules.

  2. Bonjour,
    je viens régulièrement sur votre blog que je trouve très intéressant et surtout fort généreux.
    je trouve un soutien dans votre blog.
    Merci beaucoup. et peut-être à bientôt.

  3. C’est très drôle de vous voir affirmer que les aliments bio sont meilleur car plus riche anti oxydants après avoir dénoncé l’absence d’effet positif voir négatif de ces fameux antioxydant.

    Tant qu’au pesticide, on attend toujours des résultats épidémiologiques sur les consommateurs, les plus gros mangeurs de fruits et légumes, plus exposés, restent toujours en meilleur santé que les autres…

    ” Les aliments organiques sont également moins pollués par les métaux lourds comme le cadmium, qui contaminent souvent les fertilisants de synthèse.”

    N’importe quoi, aucun engrais de synthèse (i.e. azote) ne contient du cadmium, en revanche les engrais de fond, minéraux, autorisé en AB sans retraitement, en sont gorgés. Ce qui va aussi faire la différence c’est le niveau de bruit de fond géologique du sol où sont produit les aliments.

    Le principal facteur expliquant le plus haut niveau de cadmium c’est l’épandage de boue de station d’épuration:
    http://www.eufic.org/article/fr/expid/Organic_food_and_farming_scientific_facts_and_consumer_perceptions/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *