Ebola : la nécessité d’un inhumain cordon sanitaire s’est imposée

13871071443_c7f32afb01_z

Face à la propagation semblant toujours plus rapide du virus Ebola, la mise en place d’un cordon sanitaire, est apparue aux responsables locaux comme une des décisions nécessaires pour tenter de limiter l’extension du virus. Mais n’est-il pas déjà trop tard ? Et ce cordon sanitaire, qui reste limité géographiquement, n’est-il pas trop peu ambitieux ?

Chaque jour apporte son nouveau lot de dizaines de décès et de centaines de nouvelles contaminations. L’utilisation de médicaments expérimentaux qui ont pu faire espérer certain n’apporteront pas la réponse au contrôle de cette épidémie devenue totalement incontrôlable. La création d’un cordon sanitaire devient donc indispensable. Un cordon sanitaire est une technique désespérée visant à isoler totalement une zone géographique contaminée en interdisant toute entrée ou toute sortie de cette zone, le plus souvent par la force. Ce fut par exemple le rôle du  Mur de la Peste, un rempart parsemé de guérites abritant des soldats qui fut édifié dans les Monts de Vaucluse afin de protéger le Comtat Venaissin de la peste qui frappa Marseille et une partie de la Provence en 17201722. Ce mur est toujours visible. Si à cette époque le terme de cordon sanitaire n’existait pas, il est apparu lorsque la France envoya 23 000 hommes le long des côtes Méditerranéennes et des Pyrénées afin de fermer sa frontière avec l’Espagne en 1821*. Il s’agissait d’empêcher la propagation de la fièvre jaune qui faisait rage en Espagne où elle persista au moins deux années. Cette fièvre jaune, importée  par le brick, le Gran Turco, revenant de La Havane, fit à Barcelone entre 5000 et 10 000 victimes et fut ainsi surnommée la “peste” de Barcelone. Tenter de franchir alors la frontière française en venant d’Espagne était puni de mort. La France envoya cependant 6 médecins à Barcelone dont 3 furent touchées par la maladie et un mourut.

En Afrique, la mise en place de ce cordon sanitaire a été annoncé le premier aout 2014 à Conakry lors d’une réunion entre les présidents Guinéen Alpha Condé, Sierra-Léonais Ernest Bai Koroma et Libérienne Ellen Johnson Sirleaf avec la directrice de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan. Le plan consiste à créer un cordon sanitaire isolant un territoire à cheval sur les trois pays les plus touchés, la Guinée, le Sierra Leone et le Liberia, à l’épicentre de l’épidémie, zone qui concentre 70% des cas recensés. Des troupes ont été déployées et bloquent l’ensemble des accès à ce triangle dorénavant isolé du Monde. Les demandes internationales d’un traitement éthique de ce cordon se sont depuis répétées afin qu’il ne s’agissent pas seulement d’abandonner à leur sort les habitants enfermés à l’intérieur du cordon mais de continuer à les soigner et à les approvisionner en soignants, en matériels, en eau et en nourriture.

Cette mise en place d’un cordon sanitaire n’a pour l’instant, après une quinzaine de jour, pas infléchie le nombre de sujets malades, de nombreuses autres zones extérieures à ce cordon étant touchées. Et alors que la Guinée a attendu mercredi 13 août pour décréter “l’urgence sanitaire nationale”, la Guinée Bissao, petit état au nord ouest de la Guinée a quant-à lui décidé de fermer toutes ses frontières avec la Guinée, une autre forme de cordon sanitaire radical. A l’approche de la date du pèlerinage de la Mecque, l’Arabie Saoudite s’interroge ouvertement sur les mesures à prendre pour éviter toute éclosion de l’épidémie et l’Allemagne est le premier pays européen à demander à l’ensemble de ses ressortissant à quitter la Guinée, le Liberia et le Liberia. La Gambie a interdit les vols commerciaux en provenance de ces trois pays. Faudra t-il en arriver à isoler totalement les 4 pays touchés?

* Pour louis XVIII, masser une telle armée à la frontière pour prévenir la contagion fut en fait une excuse. En effet, une fois l’épidémie passée, l’armée royale française entra en Espagne afin de remettre Fernando VII sur son trône. 

Sources

La peste de Barcelone. Epidémie de fièvre jaune de 1821
CHASTEL C
Bulletin de la Société de pathologie exotique 1999, vol. 92, no5BIS, pp. 405-407 (5 ref.)

Ebola: un cordon sanitaire pour stopper la propagation du virus
RFI GUINÉE LIBERIA SIERRA LEONE CÔTE D’IVOIRE SANTÉ ET MÉDECINE EBOLA

Crédit Photo Creative Commons by KoFahu meets the Mitropa

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *