Médicament immunosuppresseur : Le générique TEVA du tacrolimus non bio-équivalent chez les patients greffés

6121188444_3296408be9_b

Une étude réalisée par une équipe Norvégienne et publiée dans la revue scientifique internationale Transplantation,  dénonce la non bioéquivalence du tacrolimus du génériqueur TEVA (Princeps : Prograf, Advagraf) chez des patients greffés. Le tacrolimus est un immunosuppresseur prescrit après les greffes.

Depuis que le tacrolimus a perdu son brevet Européen en 2009 , plusieurs génériques se disputent son marché : Mais il s’agit d’un médicament à marge thérapeutique étroite et l’utilisation de génériques pour gagner quelques euros chez des patients qui ont subi une greffe rénale ou hépatique a toujours laissé septique. Car, en cas de non bioéquivalence avec le produit princeps ou en cas de différences trop importantes chez des patients à qui est prescrit un générique puis un second ou un troisième, génériques qui peuvent avoir entre eux des différences d’efficacité majeures, le risque est un rejet du greffon avec des complications gravissimes pour le patient.

Evidemment ces génériques n’ont jamais été testés chez des patients greffés avant d’être mis sur le marché. Une équipe Norvégienne a donc voulu évaluer la bioéquivalence du générique TEVA du tacrolimus chez des patients de plus de 60 ans, récemment greffés d’un rein (âge moyen 69 ans).Le Docteur Ida Robertsen de l’université d’Oslo et son équipe ont donc recruté 28 patients. Dès la greffe réalisée, la moitié des patients recevaient le médicament princeps du tacrolimus et l’autre moitié le générique du tacrolimus vendu par TEVA. Puis après 6 à 8 semaines, les prises étaient inversées.

Les résultats montrent que le générique TEVA du tacrolimus ne remplit pas les critères nécessaires d’une bioéquivalence chez les patients greffés. Le ratio d’aires sous la courbe des concentrations plasmatiques en fonction du temps  entre générique et princeps était de 1,17 (variations individuelles de 10% à 56%) et le ratio de Cmax, la concentration maximale était de 1,49 (variations individuelles de 12% à 131%!!!). Les variations individuelles sont donc extrêmement importantes.

Cette étude démontre que même si ce générique a montré une bioéquivalence chez des patients sains, celle-ci n’existe pas chez des patients malades. C’est donc une problématique majeure qui est enfin dénoncée par cette étude Norvégienne : en effe,t les agences du médicament ne demandent jamais à un générique d’être bioéquivalent à un princeps chez des patients dont la maladie leur impose l’utilisation de ce médicament, mais chez des sujets sains, une hérésie scientifique évidente.

Ce générique du Tacrolimus fabriqué par TEVA peut faire courir un risque d’effets secondaires aux patients selon les auteurs.

L’ANSM n’a pas rencore réagit à la publication de cette étude.

En 2012, la Société Française de Transplantation émettait des doutes sérieux quant-à l’intérêt des génériques dans un rapport mis en ligne: “Toutes les sociétés savantes semblent inquiètes du développement systématique et incontrôlé des génériques et se posent des questions identiques aux nôtres” écrivaient encore ses auteurs. Cette étude ne va pas les rassurer.

Un reportage télévisé diffusé récemment (31/07/2014 sur France 5) montre clairement les risques toujours encourus par les patients utilisant des génériques et révèle enfin que les usines productrices ne sont jamais inspectées

Source

Use of Generic Tacrolimus in Elderly Renal Transplant Recipients: Precaution Is Needed
Robertsen, Ida; Åsberg, Anders; Ingerø, Aleksander Olsen; Vethe, Nils Tore; Bremer, Sara; Bergan, Stein; Midtvedt, Karsten
Transplantation August 27, 2014 – Volume 98 – Issue 4

SFT : Recommandation de la SFT sur l’utilisation des génériques des immunosuppresseurs.
Yann le Meur, Laurent Sebbag, Dany Anglicheau, Nassim Kamar, Eliane Billaud, Anne Hulin, P Marque
31 mai 2012

Crédit Photo Creative Commons by  MeneerDijk

3 thoughts on “Médicament immunosuppresseur : Le générique TEVA du tacrolimus non bio-équivalent chez les patients greffés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *