savons et crèmes de beauté nuisent à la croissance des garçons in utero

7490967888_3da071ae6e_b

Les phénols contaminants par les femmes enceintes nuisent au développement in utero des enfants mâles démontre une étude franco-américaine publiée dans la revue Epidemiology.

Les phénols sont présents dans des produits couramments utilisés : ils se cachent dans les crèmes solaires (benzophenone-3), les produits cosmétiques (parabene), les savons antibactériens (triclosan) et dans de nombreux plastiques, boites de conserve, canette de sodas, etc (bisphenol A; l’intoxication par le bisphénol A se fait essentiellement par l’alimentation). Des précurseurs sont vaporisés lorsque sont utilisés des désodorisant d’intérieur. Certains de ces produits chimiques sont identifiés comme perturbateurs endocriniens capables d’interagir avec les récepteurs impliqués dans le contrôle de la production de graisse corporelle (adipogénése) et la prise de poids, ou sur des récepteurs de la thyroïde. De nombreuses études annales ont précédemment rapporté une augmentation d ela prise de poids chez des rongeurs exposés in utero au bisphénol A ou aux parabènes. certaines études épidémiologiquesont menées chez l’homme ont corrélé une telle exposition à une augmentation du poids, du tour de taille, ou de l’indice de masse corpoorel avec un risque d’obésité vers 4 ans.

Cette fois l’étude clinique était menée en France, chez des femmes recrutées avant la 28e semaine de grossesse dans des hôpitaux de Nancy et de Poitiers. 520 femmes ont été incluses dans l’étude dont l’objectif de l’étude était d’évaluer les conséquences d’une contamination maternelle par différents produits chimiques sur l’évolution de état de l’enfant, poids, circonférence abdominale, taille, périmètre crânien, etc, in utero et après la naissance. Les produits chimiques analysés étaient des phénols : 2,4-Dichlorophénol, 2,5-Dichlorophénol, Bisphénol A, Benzophénone-3, Triclosan, Méthylparabène, Ethylparabène, Propylparabène, et Butylparabène.

Les résultats démontrent que le triclosan influe négativement sur tous les paramètres de croissance analysés chez les enfants in utero, et ce dès le troisième trimestre de la grossesse. A la naissance, une exposition au triclosan induit en plus une réduction du périmètre crânien, et plus les concentrations étaient élevées, plus les conséquences étaient importantes. Individuellement et en doses cumulées, tous les parabènes favorisent un poids élevé de naissance, et une circonférence abdominale élevée (méthylparabène). Ils s’associent à une prise de poids plus importante entre 12 et 24 mois et persistante. L’exposition au bisphenol A était également associé à une prise de poids anormale à 12, 24 et 36 mois. Le 2,4-dichlorophenol est lui aussi associé à une prise de poids anormale entre 24 et  36 mois. L’ensemble de ces produits pourraient donc être impliqués dans la survenue d’une obésité précoce.

Les 9 produits chimiques analysés étaient mesurables chez 73 % à 100 % des femmes de l’étude révélant une contamination massive de la population féminine. Il existe donc un risque réel dorénavant démontré de ces produits d’usage courant chez le foetus mâle humain. A quand un encadrement légal réel de ces produits chimiques et une information éclairée des consommatrices?

Source

Prenatal Exposure to Phenols and Growth in Boys
Claire Philippat, Jérémie Botton, Antonia M. Calafat, Xiaoyun Ye, Marie-Aline Charles, Rémy Slama, and the EDEN Study Group
Epidemiology September 2014 – Volume 25 – Issue 5 – p 625-635

Crédit Photo Lisa Rosario Photography

 

 

One thought on “savons et crèmes de beauté nuisent à la croissance des garçons in utero

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *