Les enfants pensent et apprennent mieux s’ils pratiquent une activité physique quotidienne

DCF 1.0
Faites bouger vos enfants! L’activité physique est fondamentale au développement cérébral optimal de l’enfant démontre la plus vaste étude jamais réalisée sur le sujet. L’activité physique améliore en fait les capacités cérébrales exécutives et cognitives, essentielles à la réussite scolaire car influençant ia connaissance, la compréhension, les capacités d’analyse, de concentration, de synthèse et d’évaluation. L’étude est publiée dans la revue Pediatrics.
L’épidémie d’inactivité est un sérieuse menace pour la santé publique; Elle compte pour 10% des décès prématurés. Et si il est démontré aujourd’hui que chez les sujets âgés, l’absence d’activité physique altère les capacités cérébrales dont les capacités cognitives, on ne savait pas encore si chez les plus jeunes, il existait un lien entre activité physique et développement des capacités cérébrales. C’est pourtant au cours de l’enfance que les structures cérébrales, ses fonctions et ses connectivités évoluent le plus.
Aussi, l’activité physique au cours de l’enfance pourrait-elle avoir une influence protectrice tout au long de la vie. Il était donc passionnant de mettre en place la plus vaste étude jamais imaginée pour comparer l’évolution des fonctions exécutives et cognitives de deux groupes d’enfants de 8-9 ans, l’un pratiquant quotidiennement une activité physique et l’autre non. Deux cent vingt et un enfants ont participé à l’étude. L’activité physique était menée après l’école sur une durée de deux heures, entrecoupée de temps de repos ; rien à voir avec un entrainement de sportif, les scientifiques voulaient seulement que les enfants jouent et surtout s’amusent. Ils jouaient avec un ballon, jouaient à chat perché, etc. L’idée était quand même d’améliorer leurs capacités aérobies, leur endurance et les capacités motrices de base. Au total, 150 séances eurent lieu sur les 170 jours d’école de l’année. Au cours de chacune, les enfants parcouraient en moyenne 3,2 kilomètres (mesuré par podomètre).
Les résultats sont étonnants et novateurs : les enfants pensent et apprennent mieux s’ils font une activité physique quotidienne. C’est vers 8-9 ans que leurs fonctions exécutives cérébrales font normalement un grand bond en avant : il s’agit de la capacité d’un individu à conduire une façon de penser. Ces fonctions exécutives contrôlent l’activité cérébrale multitâche, et permettent de maintenir un niveau de concentration. Une carence des fonctions exécutives altère les capacités scolaires.
Les enfants ayant pratiqué les activités physiques ont déjà amélioré leurs capacités physiques entre le début et la fin de l’étude; ils ont également réduit leur masse grasse. Mais ils ont surtout amélioré les scores mesurant leurs fonctions exécutives et ont grandement amélioré leurs fonctions cognitives. Et si ceux de l’autre groupe montraient également une amélioration logique, liée au développement cérébral à cet âge, l’amélioration des capacités exécutives et cognitives restaient significativement moindres.
A l’heure des grands débats sur les rythmes scolaires, le moment est peut-être enfin venu d’inclure comme cela est déjà le cas dans de nombreux pays, des activités physiques quotidiennes ludiques au cours de l’après-midi?

Source

Effects of the FITKids Randomized Controlled Trial on Executive Control and Brain Function. Hillman CH, Pontifex MB, Castelli DM, Khan NA, Raine LB, Scudder MR4, Drollette ES, Moore RD, Wu CT, Kamijo K Pediatrics. 2014 Oct;134(4):e1063-71. doi: 10.1542/peds.2013-3219.

Crédit Photo Creative Commons by  Strocchi

3 thoughts on “Les enfants pensent et apprennent mieux s’ils pratiquent une activité physique quotidienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *