Ebola, «crise internationale pour la paix et la sécurité » dit l’OMS

15462399425_ed749b7d44_o

L’épidémie d’ébola est «indiscutablement la plus sévère urgence de santé publique des temps moderne». Ces mots prononcés hier par Margaret Chan, directrice générale de l’Organisation Mondiale de la Santé témoignent de la prise de conscience tardive des autorités internationales. Et pour insister encore un peu sur les risques encourus par l’humanité, elle ajoutait que l’on était dorénavant face à une « crise internationale pour la paix et la sécurité ».

Alors que le virus a fait officiellement plus de 4000 morts, et bien plus officieusement, sa diffusion continue de croitre exponentiellement, tous les efforts réalisés par quelques organisations non gouvernementales pour réduire sa diffusion apparaissant vains face à la vague de plus en plus monstrueuses du nombre de contaminés.

Les Etats doivent accepter de prendre conscience de leur totale manque de préparation face à ces nouveaux agents infectieux créant des risques majeurs pour la santé publique. Nier les risques ou réfuter l’impréparation a été le principe mode de communication des gouvernements, qui enfin, semblent, sous la pression de l’inquiétude publique, prêts à changer Mais en combien de temps ? Les contaminations de deux infirmières au Texas et en Espagne, montrent combien matériels et procédures restent inadaptés.

Les résultats préliminaires d’une enquête tentant d’expliquer la contamination de Nina Pham, la jeune infirmière américaine de 28 ans, a retrouvé qu’elle aurait violé les protocoles de sécurité, probablement en retirant ses gants souillés, le même geste qui est serait à l’origine de la contamination de l’infirmière Espagnole. Des mises en causes difficiles à confirmer. D’ailleurs quel entrainement avaient réellement reçu ces soignants ? Le syndicat national des infirmières américaines tire d’ailleurs la sonnette d’alarme, tout comme le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI) en France: absence totale de préparation, d’entrainement et de matériel adéquat. Personne ne semble prêt.

Le Center for Disease Control d’Atlanta, un organisme qui n’a pas d’équivalent en France, responsable entre autre de la gestion de ces risques infectieux au Etats-Unis, a décidé, suite aux pressions de la maison Blanche, de débuter un premier cycle d’entrainement des personnels de santé; « Nous devons totalement repenser la manière dont nous gérons l’infection au virus Ebola. Même une seule contamination est inadmissible » déclarait le Dr Thomas R. Frieden, directeur de l’organisme américain. Près de 50 personnes, travaillant au Presbiterian Hospital et ayant approché Thomas Duncan, le patient de nationalité Libérienne décédé du virus Ebola au Texas, sont actuellement sous contrôle.

En France, l’hôpital militaire ayant soigné l’infirmière de MSF avait mis en place des protocoles stricts qui semblent avoir porté leurs fruits. La patiente est sortie en vie et aucun cas de contamination n’est pour l’instant à déplorer (il ne s’est pas encore écoulé 21 jours depuis la sortie de l’infirmière). Mais est-ce que les personnels des hôpitaux civils ont la même discipline et le même entrainement que ceux des hôpitaux militaires?

Même si le risque de contaminations multiples reste hypothétique, il est nécessaire qu’une vaste réflexion d’ensemble ait lieu sur la méthodologie d’action face à ces nouveaux risques infectieux qui dorénavant voyagent très vite. Le premier patient est mort en Guinée en décembre 2013, soit il y a presque un an, et aujourd’hui, notre ministre de la santé, Marisol Touriane, déclarait encore  “réfléchir à l’envoi de professionnels de santé et de structures de soins et de traitement supplémentaires au-delà de celles qui ont déjà été annoncées“. La gestion de la grippe H1N1 avait été uniquement une couteuse catastrophe économique. Notre mondialisation implique l’apparition de nouveaux risques infectieux qu’il nous est nécessaire de prendre en compte. Les virus ne connaissent plus de frontières.

Sources

2nd Ebola Case in U.S. Stokes Fears of Health Care Workers

C.D.C. Reviewing Procedures After New Case of Ebola in Dallas

Crédit Photo Creative Commons by  dayblakelydonaldson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *