DMLA : des cellules embryonnaires pour réparer la rétine

2177721216_8df0d4b992_b

La DMLA, la dégénérescence Liée à l’Age est la première cause de cécité dans les pays développés, France comprise. Une équipe américaine démontre que l’utilisation de cellules embryonnaires est non seulement  sans risque mais permet d’améliorer la vision. A ce jour, il n’existe que peu de traitement de la DMLA (Lucentis).

Les cellules embryonnaires sont pluripotentes, c’est à dire qu’elles restent capables de se transformer en tout type de cellule en fonction de l’environnement dans lequel elles sont plongées. Cette propriété est utilisée dans de nombreux travaux de remplacement de tissus morts ou altérés. La DMLA est une destruction progressive des cellules de la rétine entrainant une altération de la vision puis une cécité, d’où l’idée de remplacer les zones alésées de la rétine par des cellules embryonnaires.

Cette nouvelle expérimentation sur 18 patients dont les résultats sont publiés dans la revue The Lancet démontre sa faisabilité et son début d’efficacité. 9 patients souffraient d’un forme sèche de DMLA et les 8 autres d’une maladie de Stargart, une maladie génétique rare entrainant également une dégénérescence maculaire avec une baisse de la vision centrale. Les patients ont été suivis sur une durée de 22 mois en moyenne. Ces cellules embryonnaires étaient fournies par une société, Advanced Cell Technology, qui les reproduit in vitro. Sa technologie a permis  de les transformer en cellules rétinienne avant l’implantation.

Cliniquement la vision de huit patients s’est améliorée sur l’oeil traité mais ce résultat ne suffit pas encore à crier victoire. Il est nécessaire que les essais se multiplient et pas seulement dans la DMLA, pour que la technologie progresse et que la thérapie apporte des résultats capables d’améliorer la vie des patients.

Source

Human embryonic stem cell-derived retinal pigment epithelium in patients with age-related macular degeneration and Stargardt’s macular dystrophy: follow-up of two open-label phase 1/2 studies

Prof Steven D Schwartz MD , Prof Carl D Regillo MD bProf Byron L Lam MD cDean Eliott MD dProf Philip J Rosenfeld MD c,Ninel Z Gregori MD cJean-Pierre Hubschman MD aProf Janet L Davis MD cGad Heilwell MD aMarc Spirn MD bJoseph MaguireMD bRoger Gay PhD eJane Bateman RN eRosaleen M Ostrick MPH aDebra Morris MPH eMatthew Vincent PhD eEddy AngladeMD eProf Lucian V Del Priore MD fProf Robert Lanza The Lancet, Early Online Publication, 15 October 2014

Crédit Photo Creative Commons by eye of einstein

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *