Accoucher à l’hôpital est plus risqué qu’à la maison

4118547231_6baee6f4fa_z

Accoucher à l’hôpital, c’est fini! Pour protéger les mères et les enfants, il faut les éloigner de l’hôpital met en évidence une étude anglaise qui recommande dorénavant, pour les grossesses non compliquées, que les accouchements aient lieu au domicile des parents ou dans des maisons de naissances gérées uniquement par des sages-femmes. Les sages-femmes font du bon travail !

Il y a quelques dizaines d’années, les femmes ont peu à peu déserté leur maison pour accoucher à l’hôpital, lieu de progrès, de modernité et de salubrité. Dorénavant, l’image de l’hôpital et ses risques sont bien différents, au point que le Service de Santé Publique Britannique propose dorénavant aux femmes ayant eu une grossesse non compliquée, d’accoucher à la maison. Ces grossesses non compliquées concernent 45% des grossesses au Royaume-Uni. En effet, selon des nouvelles recommandations de l’Institut National pour l’excellence des Soins Thérapeutiques (National Institute for Health and Care Excellence), accoucher à l’hôpital accroit le risque d’une intervention chirurgicale (césarienne non nécessaire) et le risque d’infections. Les femmes hospitalisées reçoivent aussi plus souvent des injections épidurales certes destinées à réduire la douleur, mais aussi sources d’augmentation du recours aux forceps avec risques de complications secondaires sur le périnée et le nouveau-né. Les risque de décès ou de complications graves pour l’enfant était globalement identiques sauf lorsque l’on coïnciderait uniquement les primipares : chez les primipares, il y avait 9 complications sur 1000 naissances en accouchant à la maison contre 4 sur 1000 en accouchant à l’hôpital. Il y a en Angleterre, 700 000 naissances annuelles, et cette nouvelle recommandation pourrait conduire à ce que 350 000 accouchements aient dorénavant lieu à la maison, créant d’abord une activité pour les sages-femmes libérales et réduisant massivement le coût hospitalier pour la communauté.

Les femmes enceintes anglaises pourront encore, pour l’instant, faire valoir leur choix entre un accouchement à la maison, dans une unité de naissance où exercent des sages femmes, ou encore à l’hôpital, un endroit où il leur sera bien précisé en cas de grossesse normale que le risque pour la mère et pour l’enfant sont plus élevés.

Parmi les pays développés, seuls les Pays-Bas favorisaient le maintien à domicile pour les accouchements. C’est donc probablement une révolution qui est en marche, ramener les femmes vers leur domicile pour accoucher avec l’argument d’un moindre risque pour l’enfant devrait être globalement bien accepté si suffisamment de sages femmes sont disponibles pour travailler en libéral. En France, les politiciens ont perverti le jeux en rendant pratiquement impossible le travail des sages-femmes en exercice libéral. Un profond changement des mentalités et de la loi est donc nécessaire. C’est une des raisons pour lesquelles seulement 2000 à 3000 femmes accouchent à domicile chaque année.

En 2013, à l’occasion de la naissance sur l’île de Sein, d’Emilie, premier enfant à voir le jour sur cette île depuis 35 années, le film de Céline Darmayan, « Entre leurs mains » mettant en scène le quotidien de sages-femmes libérales était projeté au cinéma Gaumont Opéra. Ce film mettait en lumière les difficultés de cet exercice. En France, ces sages-femmes devraient souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle de l’ordre de 20 000 euros par an, une somme impossible à réunir. La plupart d’entre elles exercent donc dans l’illégalité.

Avec 800 000 naissances par an, dont une grande majorité survenant après une grossesse normale, le développement de l’accouchement à domicile ou en maison de naissance n’a pas seulement un intérêt pour les parents et les enfants mais pour la société toute entière puisque cela réduira considérablement les coûts hospitaliers et permettra de reporter les dépenses sur des services hospitaliers en délicatesse. 

Sources

Midwife-led units safest for straightforward births
Sanjay Tanday
More women should be encouraged to give birth at midwife-led units rather than traditional labour wards, says NICE.

Intrapartum care: care of healthy women and their babies during childbirth
Nice Guidelines, décembre 2014

British Regulator Urges Home Births Over Hospitals for Uncomplicated Pregnancies
Katrin Bennhold, Catherine saint Louis
NYT, DEC. 3, 2014

Crédit Photo Creative Commons by amcdawes

2 thoughts on “Accoucher à l’hôpital est plus risqué qu’à la maison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *