Comment la pollution au diesel provoque des troubles du déficit et de l’attention avec hyperactivité

2407154983_7e303b1359_b

La pollution au diesel est une cause de trouble de déficit et de l’attention avec hyperactivité de l’enfant. Une nouvelle étude confirme que la pollution liée diesel est capable de détruire le cerveau de l’enfant déjà in utero avec des conséquences psychiques ultérieures importantes. Elle est publiée dans la revue JAMA Psychiatry.

La pollution atmosphérique en grande partie liée à la circulation automobile diesel tue déjà 40 000 personnes par an en France. L’absence de volonté des autorités publique à lutter contre le phénomène serait-il différent si des scientifiques apportaient la preuve que ces émanations toxiques liées à l’utilisation massive de moteurs diesel sont déjà néfastes pour les enfants encore dans le ventre de leur mère ?

C’est donc ce qu’ont étudié les chercheurs de l’université de Los Angeles. Ils sont évalué les consequences à l’exposition aux hydrocarbures aromatiques polycycliques (ou HAP) , des polluants créés par exemple par la combustion du carburant diesel mais pas seulement. En France, les émissions de HAP sont dominées par le secteur domestique, le chauffage au bois, les transports routiers, notamment des véhicules diesel (80% du parc automobile français), et l’industrie manufacturière.

Les sujets étudiés étaient des enfants inclus dans l’étude alors qu’ils étaient encore in utero mais déjà exposé à ces polluants du fait de l’air pollué inspiré par leur mère. Les scientifiques ont mesuré les concentrations de PAH dans l’air, dans le sang et les urines de 40 femmes enceintes au troisième semestre de grossesse ainsi que dans les urines de leur bébé. Ils ont ensuite suivi ces bébés pendant 7 à 9 années, réalisant régulièrement un IRM cérébral chez chacun. Ils constatent que la pollution aux hydrocarbures polycycliques détruit la substance blanche des enfants aux niveau des deux hémisphères cérébraux: plus les taux de PAH et donc l’intoxication était élevée, plus la destruction de la substance blanche cérébrale était importante. Et cette destruction de la substance blanche n’était évidement pas sans conséquence. Elle était en effet corrélée à la survenue de déficits intellectuels et de problèmes de comportement des enfants. En particulier les scientifiques mettent en évidence que la quantité de substance blanche cérébrale détruite est directement corrélée au risque d’un diagnostique d’un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDHA) d’hyperactivité et de déficit de l’attention comme à d’autres problèmes comportementaux. Les tests montraient un score plus bas obtenu pour la rapidité intellectuelle, la capacité d’intégrer de nouvelles informations et la manière d’y répondre.

“Nous sommes tous exposés à ces composés polluants » explique le Dr. Bradley S. Peterson, principal auteur de l’étude et directeur de l’institut du développement cérébral à l’hôpital des enfants de Los Angeles, ajoutant que “ Les femmes enceintes et les enfants sont extrêmement vulnérables à ces polluants capables d’altérer le développement cérébral et d‘avoir des effets dévastateur”.

Lutter contre la pollution permettrait donc de réduire les altérations psychiques des jeunes enfants en explosion depuis quelques dizaines d’année. Quand luttera t-on vraiment contre la pollution? Pas tout de suite puisque les lobbies communiquent maintenant sur le diesel plus “propre” que jamais. Le nombre d’enfants TDHA va pourvoir continuer à croitre.

En juillet 2013, Airparif publiait un rapport sur la pollution aux hydrocarbures aromatiques polycycliques en Ile de France : elle confirmait que 67% des hydrocarbures aromatiques polycycliques émis par la circulation automobile était liés aux moteurs diesels contre 3% pour les moteurs essences.

Sources

Effects of Prenatal Exposure to Air Pollutants (Polycyclic Aromatic Hydrocarbons) on the Development of Brain White Matter, Cognition, and Behavior in Later Childhood
Bradley S. Peterson, MD1,2; Virginia A. Rauh, ScD3,4; Ravi Bansal, PhD1,2; Xuejun Hao, PhD5,6; Zachary Toth, BA5,6; Giancarlo Nati, BA1,2; Kirwan Walsh, BA5,6; Rachel L. Miller, MD4,7; David Semanek, BA5,6; Frederica Perera, DrPH, PhD
JAMA Psychiatry. Published online March 25, 2015.

Pollution atmosphérique au Benzo(a)pyrène et autres Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP) : Cas de la région Ile-de-France
Airparif 2013

Air Pollution Takes Early Toll on Children
Nicholas Bakalar
NYT April 2, 2015 5:30 amApril 2, 2015 5:30 am7Comments

Crédit Photo Creative Commons by  twicepix

One thought on “Comment la pollution au diesel provoque des troubles du déficit et de l’attention avec hyperactivité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *