Le régime méditerranéen réduit de plus de 50% le risque de cancer du sein

16866248345_460f907912_b

Le régime méditerranéen, favorisant les fruits, les légumes, les céréales complètes, et l’huile d’olive, démontre un nouveau bénéfice secondaire, la réduction du risque de cancer du sein, selon une étude publiée dans la revue médicale JAMA.

Le cancer du sein, cancer le plus fréquent et première cause de mortalité par cancer chez la femme est en augmentation constante, connaissant actuellement une croissance de 20% ; 1,7 millions de femmes ont été diagnostiquées avec ce type de cancer en 2012. La mortalité totale par cancer du sein a augmenté de 14%. S’il est certain que les habitudes alimentaires influencent le risque de cancers, les données montrant qu’une meilleure alimentation pourrait réduire le risque de cancer du sein manquait encore de données conclusives, et jamais jusqu’alors l’influence du célèbre régime méditerranéen n’avait été évalué dans ce cadre.

Des scientifiques espagnols ont recruté 4282 femmes âgées en moyenne de 68 ans, les ont réparti en 3 groupes alimentaires puis suivi pendant 5 ans : le premier groupe suivait un régime méditerranéen plus un supplément en huile d’olive (première pression à froid), le second un régime méditerranéen plus un mélange de noix, noisettes et amandes. Le troisième poursuivait son alimentation habituelle recevant cependant des conseils afin de réduire ses apports en graisses. L’indice de masse corporel moyen des participantes était de 30, marquant un fort taux d’obésité, l’obésité aggravant par elle-même le risque de survenue d’un cancer du sein.

Et le régime méditerranéen s’est montré à la hauteur de sa réputation : en comparaison avec les femmes poursuivant leur régime alimentaire normal, celles suivant le régime méditerranéen bénéficiaient d’une réduction globale du risque de cancer du sein de 51%. Le bénéfice était plus prononcé chez celle complétant le régime avec de l’huile d’olive chez lesquelles la réduction du risque atteignant -62%. Chez celles ajoutant des noix, noisettes et amandes, la baisse du risque atteignait -38% (toujours en comparaison au groupe suivant son régime habituel). Les résultats tenaient compte des autres facteurs de risque présents chez les participantes.

Le régime méditerranéen confirme donc son intérêt dans la réduction du risque de cancer du sein chez la femme. Si en plus ces femmes avaient perdu 10 kgs et réduit leur obésité, le risque de cancer du sein aurait encore été plus important.

Source

Mediterranean Diet and Invasive Breast Cancer Risk Among Women at High Cardiovascular Risk in the PREDIMED Trial. A Randomized Clinical Trial
Estefanía Toledo, MD, MPH, PhD1,2; Jordi Salas-Salvadó, MD, PhD2,3; Carolina Donat-Vargas, PharmD1,2; Pilar Buil-Cosiales, MD, PhD4,5; Ramón Estruch, MD, PhD2,6; Emilio Ros, MD, PhD2,7; Dolores Corella, DPharm, PhD2,8; Montserrat Fitó, PhD2,9; Frank B. Hu, MD, PhD10,11; Fernando Arós, MD, PhD2,12; Enrique Gómez-Gracia, MD, PhD2,13; Dora Romaguera, MSc, PhD2,14; Manuel Ortega-Calvo, MD2,15; Lluís Serra-Majem, MD, PhD2,16; Xavier Pintó, MD, PhD2,17; Helmut Schröder, PhD18,19; Josep Basora, MD, PhD2,3; José Vicente Sorlí, MD, PhD2,8; Mònica Bulló, BSc, PhD2,3; Merce Serra-Mir, RD2,7; Miguel A. Martínez-González, MD2,5
JAMA Intern Med. Published online September 14, 2015. doi:10.1001/jamainternmed.2015.4838

Crédit Photo Creative Commons by  Moyan_Brenn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *