Une seule prise d’antibiotique peut modifier la flore intestinale pendant 1 an

22885986587_1296ff24b3_o

Certains patients hésitent à prendre des antibiotiques, non seulement pour certain, car ils connaissent les risques de résistance  mais aussi parce qu’ils produisent souvent des effets secondaires à type de diarrhée. Et si on considérait cet effet secondaire comme étant le plus souvent sans conséquence, la connaissance de plus en plus poussées des interaction entre notre santé et notre bien-être de notre flore bactérienne intestinale, notre microbiome, risque d’accroitre cette hésitation.

Une étude publiée dans la revue scientifique mBio a évalué les modifications de la flore bactérienne buccale et intestinale pendant un simple traitement par différents antibiotiques, la clindamycine, la ciprofloxacine, la minocycline, et l’amoxicilline. La durée des altérations constatées de ces flores bactérienne a également été évaluée. Si prendre un antibiotique détruit les bactéries pathogènes ciblées, il détruit également une partie de la flore intestinale constituée initialement d’une centaine de trillions d’un milliers de genre de bactéries différentes. Et cette destruction est à même de modifier l’équilibre physiologique et pense t-on psychique des patients traités. La pathologie dite du syndrome du colon irritable pourrait être reliée à une anomalie de la flore bactérienne intestinale, l’obésité pourrait être favorisée par un changement de la flore intestinale secondaire à une alimentation trop riche en graisses et en sucres, l’état immunitaire pourrait varier en fonction de celle-ci et différentes études rattachent des modifications de la flore intestinale à des troubles psychiques voire à l’autisme dans plusieurs études menées chez l’animal.

L’étude réalisée en Angleterre et en Suède était randomisée et réalisée en double aveugle. Les flores bactériennes buccales et intestinales ont été analysées avant l’étude, après la semaine de prise d’antibiotiques, puis à 1, 2, 4, et 12 mois après.

Globalement, les scientifiques retrouvent que, si étonnamment la flore bactérienne buccale retrouve rapidement une composition normale après l’antibiothérapie, ce n’est pas du tout le cas du microbiome intestinal dont les changements restent très durables : La clindamycine et la ciprofloxacine détruisent en particulier un type de bactérie productrice de butyrate, un acide gras qui réduit le stress et l’inflammation intestinal. L’altération de la diversité microbienne sous ciprofloxacine durait plus de 4 mois et jusqu’à 12 mois chez certains patients. En revanche, chez ceux ayant pris de l’amoxicilline, un des antibiotiques les plus prescript en France, ou de la minocycline, le microbiome intestinal revenait à la normale en un mois.

Autre enseignement important devant faire réfléchir à toute prescription d’antibiotiques, le nombre de germes acquérant un gène de resistance aux antibiotiques augmentait considérablement après chaque traitement au sein du microbiome intestinal.

Comment éviter ces modifications du microbiome? Certain probiotiques pourraient être intéressants à considérer mais les démonstration scientifiques méritent de nouvelles études. Manger deux yaourts par jour reste une approche ancienne dont certaines études confirment la pertinence.

Source

Same Exposure but Two Radically Different Responses to Antibiotics: Resilience of the Salivary Microbiome versus Long-Term Microbial Shifts in Feces
Egija Zaura, Bernd W. Brandt, M. Joost Teixeira de Mattos, Mark J. Buijs, Martien P. M. Caspers, Mamun-Ur Rashid, Andrej Weintraub, Carl Erik Nord, Ann Savell, Yanmin Hu, Antony R. Coates, Mike Hubank, David A. Spratt,g Michael Wilson, Bart J. F. Keijser, Wim Crielaard
mBio 6(6):e01693-15. doi:10.1128/mBio.01693-15.

Crédit Photo Creative Commons by  Speaker resources

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *