Faire du sport réduit le risque de 13 cancers

3805634822_99edbb7a5b_b

Faire de l’exercise, du footing par exemple est bon pour la santé cardiovasculaire, pour le maintient d’un poids normal, pour la santé mentale, le sommeil, etc. Une nouvelle étude menée sur 1.4 million de personnes apporte de nouveaux éléments montrant que ces efforts entrainent également la diminution du risque de survenue de cancers.

Le lien entre exercise physique et reduction du risque de cancers n’est pas nouveau ; pour éviter de souffrir un jour d’un cancer, mieux vaut être physiquement actif que sédentaire. L’intéret de cette étude est d’avoir évalué précisement le risque de survenue de 26 types de cancers différents en fonction du la prtaique d’un eexrcise physique ou non afin de determiner lesquels pouvaient être évités grace à cet exercise physique régulier. L’étude est publiée dans la revue américaien JAMA Internal Medicine. Les participants vivaient en Europe et aux Etats-Unis. Pour que les résultats de cette étude observationelle soient les plus intéressants possibles, les scientifiques ont recruté 1,44 millions d’hommes et de femmes. Pour chacun, les données cliniques classiques ont été enrégistrées ainsi que le type d’exercise physique pratiqué, sa régularité et son intensité.

L’étude démontre que la pratique régulière d’un exercise physique modéré, meme de durée faible, réduit signficativement le risque de 13 cancers différents. Ainsi pratiquer un exercise physique réduit le risque de cancer du sein, du foie, de l’oesophage, des reins, des poumons, du colon, de l’estomac, de l’endometre, de la tête et du cou, du rectum et de la vessie ainsi que les cancers hématologiques et de la moelle.

Les 10% des participants étudiés les plus actifs avaient 20% de reduction du risque de survenue d’un cancer en comparaison aux 10% pratiquant le moins d’exercise physique. 

Les cancers le plus sensibles à la pratique d’un exercise régulier étaient le cancer de l’endomètre, de l’estomac, des reins, du foie, de la vessie, de l’oesophage, et du sang.

Mais tout n’est pas si simple car chez ceux pratiquant un exercise phyisque intense et régumier, les scientifiques retrouvent aussi un risque faiblement plus élevé de cancer de la peau (mélanome, peut-être lié ) un exercise pratiqué en extérieur?) et de la prostate.

Ce bénéfice de l’exercise physique persiste lorsque l’on tient compte de l’indice de masse corporel. Les personnes en surcharge pondérale ou obèses, chez qui de risque de cancers est plus élevé que la population non obèse, bénéficie également significativement de la pratique d’un exercise physique régulier.

Source

Association of Leisure-Time Physical Activity With Risk of 26 Types of Cancer in 1.44 Million AdultsONLINE FIRST

Steven C. Moore, PhD, MPH1; I-Min Lee, MBBS, ScD2; Elisabete Weiderpass, PhD3,4,5,6; Peter T. Campbell, PhD7; Joshua N. Sampson, PhD1; Cari M. Kitahara, PhD1; Sarah K. Keadle, PhD, MPH1; Hannah Arem, PhD1,8; Amy Berrington de Gonzalez, DPhil1; Patricia Hartge, ScD1; Hans-Olov Adami, MD, PhD3,9; Cindy K. Blair, PhD10; Kristin B. Borch, PhD4; Eric Boyd, BS11; David P. Check, BS1; Agnès Fournier, PhD12; Neal D. Freedman, PhD1; Marc Gunter, PhD13,14; Mattias Johannson, PhD15,16; Kay-Tee Khaw, MD, MsC, PhD17; Martha S. Linet, MD1; Nicola Orsini, PhD18; Yikyung Park, ScD19; Elio Riboli, MD13; Kim Robien, PhD20; Catherine Schairer, PhD1; Howard Sesso, ScD, MPH2; Michael Spriggs, BS11; Roy Van Dusen, MS11; Alicja Wolk, DMSc18; Charles E. Matthews, PhD1; Alpa V. Patel, PhD7
JAMA Intern Med. Published online May 16, 2016. doi:10.1001/jamainternmed.2016.1548

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *