Obésité, 30 ans de mensonges des gouvernements et des industriels?

Capture d’écran 2016-05-28 à 19.14.59

La lutte contre l’obésité, du fait de ses conséquences sur la santé humaine, a débuté il y a 30 ans. Le bilan de cette lutte, dressé par une équipe scientifique de l’Imperial College de Londres et publié dans la revue The Lancet, laisse peu de place au doute : l’échec est total, et les raisons de cet échec méritent d’être dénoncées.

Une importante organisation anglaise de patients luttant contre l’obésité, “The National Obesity Forum and the Public Health Collaboration” dénonce l’imposture : Gouvernements et industriels ont participé à une manipulation de masse en émettant des recommandations fausses basées sur des études et des interprétations erronées. Conséquences? L’obésité non seulement n’a pas été réduite mais continue d’évoluer et coûte des milliards d’euros à la protection sociale. Les récents débats en France sur l’étiquetage des produits alimentaires qui a aboutit à un choix en faveur des industriels tend à confirmer l’extension de de cette collusion, au dépend de notre santé, à l’ensemble des pays occidentaux.

Le rapport  du “National Obesity Forum” affirme par exemple que de nombreuses études ont démontré  que manger des graisses ne rend pas forcement obèse mais que cette lutte antigraisses a été organisées par des responsables de la santé publique de nos gouvernements liés aux industriels de l’alimentation ; 30 années de conseils de santé officiels réclamant d’urgence aux gens d’adopter un régime faible en graisses et d’abaisser leur cholestérol a en fait eu “des effets catastrophiques sur la santé”. Ils appellent à une vaste remise en question de la parole publique et des recommandations médicales, actuellement basées sur une science inexacte qui a contribué à accroitre la consommation de sucres et de junk food.

L’étude épidémiologique évaluant l’évolution de l’obésité depuis 1975 et publiée dans le Lancet confirme la tendance dramatique que tout le monde suspecte. L’étude ayant inclus 19 millions d’adultes de 186 pays retrouve que, mondialement, l’indice de masse corporel a augmenté de 12% depuis 1975, que la prévalence de l’obésité a triplée en 40 ans et que dorénavant 2,3% des hommes et 5·0% des femmes sont sévèrement obèses (IMC≥35 kg/m2). Ainsi effectivement, non seulement l’obésité n’a pas été contrôlée mais elle s’est emballée et constitue dorénavant une pathologie à part entière.

Plutôt que consommer des aliments enrichis en sucres, souvent de manière camouflée, et vantant un allégement en graisses  (tous les produits affichant  “0% de matière grasses‘), les patients y compris diabétiques devraient favoriser une alimentation complète, comprenant une part normale de graisses. Selon le Dr Malhotra, cardiologue au  “National Obesity Forum”, avoir laissé les autorités sanitaires et les industriels implanter le “0% de matières grasses” est peut-être la plus grosses erreur de la médecine moderne. Et malheureusement ce message continue d’être diffusé. Mais ce n’est pas le seul mensonge alimentaire qui continue d’être diffusé : le comptage des calories est un des arguments utilisé par l’industrie pour vous pousser à manger plus. Voici les six vrais conseils à suivre :

  • Arrêtez de compter les calories (toutes les calories ne sont pas identiques et contrairement à ce que l’on voudrait que vous croyez, offrir à votre corps des calories sous formes de protéines ou des calories sous formes de sucre n’a pas du tout les mêmes conséquences sur votre faim et sur votre organisme)
  • Manger des graisses ne rend pas gras,
  • Vous ne pouvez pas rééquilibrer une mauvaise alimentation par du sport,
  • Les graisses saturées ne crées pas de pathologies cardiaques et les produits laitiers pourraient même protéger le coeur,
  • Evitez à tout prix les aliments industriels comportant les mentions “0% de matières grasses”, “réduit le cholestérol”,
  • Réduisez les apports en sucres liés aux féculents et à tous les aliments industriels afin d’éviter la survenue d’un diabète,
  • Evitez toute alimentation entre les repas, même chez les enfants, le snaking fait prendre du poids.

Sources

Trends in adult body-mass index in 200 countries from 1975 to 2014: a pooled analysis of 1698 population-based measurement studies with 19·2 million participants
NCD Risk Factor Collaboration (NCD-RisC)
The Lancet 2016; 387: 1377–96

British people will be fattest in Europe by 2025 
The telegraph

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *