Zika et la tentation du sexe oral

1400x9311-e1424873661670

Des scientifiques Francais ont identifié un nouveau mode de transmission du virus Zika, le sexe oral. Ils décrivent dans la revue The New England Journal of Medicine, la survenue d’un cas survenu chez un Français de retour de Rio.

Depuis le début de la dramatique épidémie Brésilienne, les études et les découvertes s’enchainent sur le virus ZIka, y compris parmi les scientifiques francais qui étaient pourtant restés impassibles lors de celle survenue en 2013 en Polynesie Francaise.

La transmission du virus la plus commune semble être la piqure par un moustique du genre aedes aegypti contaminé. Mais déjà en 2008, la possibilité d’une transmission sexuelle du virus avait été identifiée chez un américain rentrant d’Afrique et dont la femme fût contaminée par le virus ; les analyses retrouvèrent des traces du virus dans son sperme alors que lui-même avait une hématopsermie. Cette capacité de présence du virus dans le sperme de patients contaminés fut confirmée lors de l’épidémie survenue en Polynésie Française chez un spécialiste des moustiques de 44 ans qui présentait également une hématospermie, mais le cas ne fut publié qu’en 2015.

Les scientifiques estiment que cette nouvelle MST joue un rôle important dans la diffusion du virus. Des cas de Zika ont ainsi été rapportés dans au moins 10 pays sans impliquer la présence de moustiques porteurs du virus comme en France, en Allemagne, en Italie, au Portugal ou en Nouvelle-Zélande. Ce type de portage et de transmission par voie sexuelle permet d’assurer au virus une transmission mondiale très rapide.

Le cas rapporté dans le NEJM est celui d’un Français de 46 ans rentrant de Rio de Janiero. Sur place il avait souffert d’une fièvre, d’éruptions cutanées et d’arthralgies, évocatrices d’une infection par le virus Zika. Il rentre de Rio le 10 février 2016 et retrouve sa petite amie âgée de 24 ans. Sexuellement le cas est bien documenté : les deux partenaires ont 7 rapports sexuels entre le 10 et le 20 février, avec rapports vaginaux sans éjaculation et rapports oraux avec éjaculations, une méthodologie destinée à éviter une grossesse. Le 20 février, l’amie commence à developper les symptômes d’une infection par le virus Zika. Les deux sont confirmés, par dosage sanguin, positifs au virus Zika. Le virus et retrouvé dans le sperme et l’urine de l’homme mais les prélèvements vaginaux de l’amie sont négatifs. Le virus Zika a ainsi trouvé une nouvelle voie de diffusion sexuelle qui lui assure une diffusion certaine en dehors des zones épidémiques et qui nécessite une vigilance supplémentaire.

Source

Evidence of Sexual Transmission of Zika Virus
Eric D’Ortenzio, Sophie Materont, Yazdan Yazdanpanah
N Engl J Med 2016, June 2, 2016

Crédit Photo Dmitry-Fisher

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *