ZIKA : explosion des avortements dans les pays touchés?

26694717505_94d27996f6_b

Bien que l’avortement soit interdit ou très contrôlé dans de nombreux pays d’Amérique Latine, une association WoW, Women on the Web s’efforce de rentre accessible les pilules abortives. Depuis l’alerte épidémiologique lancée en novembre 2015 par le PAHO (Pan American Health Organization) et récemment renforcé par l’OMS, conseillant aux femmes des régions touchées par l’épidémie de Zika d’éviter de procréer, la demande en pilules abortives aurait bondi.

L’infection par le virus Zika au cours d’une grossesse peut engendrer de graves conséquences pour le foetus allant d’une augmentation du risque d’avortement à celui de microcéphalie pour ceux que l’on connait aujourd’hui. Le NEJM publie un article court de scientifiques ayant analysé les demandes de pilules abortives formulées à WoW entre Janvier 2010 et Mars 2016 dans 19 pays d’Amérique Latine : Si la demande a doublé au Brésil (+108%), en Equateur (+107%) et au Venezuela (+93%) , elle a augmentée de 36 à 76% dans d’autres pays d’Amériques latine, comme la Colombie, le Costa-Rica, San Salvador, ou le Honduras. Evidemment, l’association WoW est un cas particulier dont les résultats ne peuvent peut-être pas être extrapolés au niveau national de chacun de ces pays, mais elle représente peut-être un signal d’alerte. En Amérique Latine et aux Caraîbes, l’avortement est le plus souvent illégal ; portant dans les pays aujourd’hui touchés par l’épidémie de Zika, des millions de femmes y ont recours chaque année et au moins 750 000 souffrent ensuite de complications. Chaque année, la région connait 5 millions de naissances, combien de complications exactement seront liées à Zika?

Le CDC américain s’est alarmé la semaine dernière de retrouver plus d’1% des donneurs de sang à Porto-Rico contaminés par le virus, admettant que le nombre de contaminations dépassait largement toutes leurs anticipations. Pourtant ses prévisions étaient que près de 25% des habitants de l’ile de 3.5 millions d’habitants allaient être infectés, rendant possible la contamination de milliers de femmes enceintes et de centaines d’enfants microcéphales au cours de l’année à venir”. A ce jour l’avortement, en cas d’infection est la seule prévention disponible. Aucun gouvernement ne met pourtant en place de solution adéquate en particulier pour les population les plus pauvres.

Sources

Requests for Abortion in Latin America Related to Concern about Zika Virus Exposure
June 22, 2016DOI: 10.1056/NEJMc1605389

Screening of Blood Donations for Zika Virus Infection
Puerto Rico, April 3–June 11, 2016

Crédit Photo Creative Commons by  cjeden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *