Victoire pour les cigarettiers, les jeunes qui n’auraient jamais fumé vapotent

9661906758_0ea792842d_b

Une victoire pour les cigarettiers et une nouvelle défaite pour la santé publique est en train de se dessiner : de nombreux adolescents qui étaient non  fumeurs ont commencé à vapoter. Prochaine étape pour les cigarettiers, utiliser leur nouvelle dependance à la nicotine pour les orienter vers le tabac.

Les chiffres sont impressionnants et montrent un taux d’accros à la nicotine jamais vu depuis les années 1990 parmi les adolescents estiment les médecins américains ayant réalisé l’étude publiée dans la revue Pediatrics. Si la cigarette électronique ne contient pas de tabac, le liquide fumé, souvent parfumé, est enrichi en nicotine, soit-disant pour proposer une alternative au tabac et ainsi permettre aux fumeurs d’arrêter cette addiction. Cet argument, qui a permis à la cigarette électronique d’avancer relativement masquée depuis 2007,  bien que jamais démontré scientifiquement, a aveuglé de nombreux responsables de la santé publique qui ont laissé le champs libre à cette nouvelle dépendance proposée par les plus importantes compagnies de tabac.

L’étude a suivi l’usage de la cigarette et de la cigarette électronique parmi 5490 adolescents de lycées californiens entre 1995 et 2014. Si en 2004, 9% de ces adolescents fumaient du tabac, ils étaient encore 8% en 2014. Mais le taux de consommateurs de nicotine a lui fortement cru ; 14% des adolescent disent en avoir consommé dans le mois précédent l’étude soit une augmentation de 50% des consommateurs. La cigarette électronique a donc fait faire un bon en arrière de 25 ans a la santé publique puisque ce taux de consommateurs de nicotine, une substance addictive, n’avait plus été rencontré depuis les années 1990.

Ces chiffres confirment que la cigarette électronique ne sert pas du tout à permettre, ici à des jeunes, à arrêter de fumer, mais est bien un véhicule marketing destiné à ouvrir la porte à une addiction à la nicotine, qui elle même risque d’ouvrir les portes à un tabagisme réel.

Si en comparaison à du tabac, la cigarette électronique a été hâtivement jugée par certain moins toxique, il faut se rappeler que la nicotine interrompt les activités de neurotransmission cérébrales altérant les fonction cognitives et le développement, et qu’elle est hautement addictives en particulier sur les cerveaux des plus jeunes. A cela s’ajoute la toxicité des les solvants présents dans le liquide, et en particulier du formaldehyde ou d’autres produits chimiques camouflés dans le liquide de vapotage, puisque le législateur a laissé la population entre les mains de ces fabricants, majoritairement Chinois, sans émettre aucune contrôle ni législation.

Cet abandon législatif va rapidement avoir des conséquences en terme de tabagisme puisqu’une seconde étude, également publiée dans la revue Pediatrics, montre qu’un adolescent qui vapote a 6 fois plus de risque de commencer a fumer que ceux qui n’ont jamais approché une cigarette électronique. La santé publique a perdu (volontairement ou non) une nouvelle bataille.

Sources

E-cigarettes, Cigarettes, and the Prevalence of Adolescent Tobacco Use
Jessica L. Barrington-TrimisRobert UrmanAdam M. LeventhalW. James GaudermanTess Boley CruzTamika D. GilreathSteve HowlandJennifer B. UngerKiros BerhaneJonathan M. SametRob McConnell
PEDIATRICS Volume 138, number 2, August 2016:e20153983

E-Cigarettes and Future Cigarette Use
Jessica L. Barrington-TrimisRobert UrmanKiros BerhaneJennifer B. UngerTess Boley CruzMary Ann PentzJonathan M. SametAdam M. LeventhalRob McConnell

Credit Photo Cerative Commons by  BLACK NICK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *