Une banale grippe met le système de santé Français par terre

9956500914_5f88df32d1_b

Comme chaque année, la grippe revient. Un phénomène prévisible, pourtant capable de mettre à mal le soit-disant meilleur système de santé du monde, un satisfecit encore utilisé par Martin Hirch dans une tribune du journal Le Monde aujourd’hui : « les indices convergent pour considérer que les performances de notre système de santé sont parmi les meilleures», encore un qui n’a jamais cherché un rendez-vous de dentiste ou d’ophtalmologiste à Coutance. Et les conséquences de cette grippe banale lui donne tort.

La grippe qui touche la France a auparavant circulé dans l’hémisphère sud,  là non plus, aucune surprise: deux virus ont été identifiés, influenza A(H1N1)pdm09, et influenza A(H3N2). Un communiqué du ministère de la santé Australien reconnaissait en octobre que les admissions en soins intensifs avaient été plus fréquents, mais les hospitalisations moins fréquentes. Autrement dit,  le virus est banal et n’a pas été capable de mettre a genoux le système de santé Australien. Le vaccin de l’année avait prévu ces deux virus et est donc adapté.

En Europe, influenza A virus prédomine également avec en particulier le virus A(H3N2). Dans les communiqués de presse Européens de l’OMS, rien de particulier n’apparait, absolument rien de comparable a ce qu’il se passait en 2014-15; sinon l’OMS reconnait que le vaccin n’est efficace qu’à 24%…

Aucun système de santé ne rencontre donc de difficulté particulière, nul part dans le Monde, pas même dans des pays où le froid est plus sévère, aucun,  sauf la France….

Depuis plusieurs jours, les urgences en France sont saturées face à l’afflux de malades atteints par la grippe. Dans les couloirs de certains hôpitaux, la situation est “inacceptable”, selon François Braun, président du syndicat Samu-Urgences de France. Au point que Marisol Touraine a demandé à ce que les opérations non urgentes soient reportées au sein des établissements hospitaliers publics et privés. François Hollande a même tenu une réunion jeudi matin à l’Élysée avec notre ministre de la santé, et le directeur général de l’AP-HP, Martin Hirsch. L’heure est sombre. Les urgences ont atteint “les limites de leurs capacités”, et reporter les entrées de patients pralifiés ne “permettent même plus de désengorger les urgences ». Les patients restent sur des brancards dans des couloirs, certaines images d’hopitaux « d’ailleurs » reviennent en mémoire, imaginez comment ces patients vont aux toilettes, se nourrissent, recoivent des soins, ce sont des images d’un autre temps et pourtant, en France, à Paris et ailleurs, en 2016, systeme de santé Français…

Certain se demandent si la France va revivre l’hiver 14-15? Mais non, rien de comparable sinon dans sa désorganisation, son approximation et son incapacité à gérer une petite crise; à force de demander à la fonction publique d’être responsable de tout, et surtout de la croire capable de prendre en charge la santé de tous les francais à elle seule, elle devient même incapable d‘assumer et de faire face à des pécadilles….La grippe 2016-17 n’a eu aucun effet particulier chez aucun de nos voisins, ni nul part dans le Monde, même l’Italie ou l’Espagne, aux systèmes de soins, croyions-nous moins performants, n’ont pas d’hôpitaux en tension, c’est dire…En plus, à écouter le ministère de la santé, le bilan sera “probablement lourd”, peut-être, mais si c’est le cas, ce ne sera pas à cause de la grippe, mais à cause de ce formidable systême de soin capable d’achever ceux qui n’aurait pas du mourir, ce que bien sûr le ministre taira…Ailleurs dans le Monde, le bilan est sans anomalie.

Cette épisode illustre de nouveau la totale déliquescence de notre système de santé et de cette fonction publique toute puissante, incapable de faire face au moindre soubresaut épidémique. Ses responsables sont évidemment conscients de ce gachis qu’ils ont orchestré et amplifié année après année, mais ne voudraient surtout pas le reconnaitre. Que disait Martin Hirch déjà dans sa rubrique du Monde du 15 janvier 2015, dans laquelle il souhaitait donner des conseils sur la meilleure manière de gérer le systême de santé  français: «les indices convergent pour considérer que les performances de notre système de santé sont parmi les meilleures», sûr qu’avec un tel constat,  il n’y a rien à changer.

Crédit Photo Creative Commons by  ferenc b

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *