Et si le virus Zika pouvait détruire les tumeurs cérébrales?

Le virus Zika est capable de causer des dommages majeurs aux cerveaux des foetus en développement lorsqu’il infecte une femme enceinte, créant des anencéphalies totales ou partielles. Cette capacité a détruire des cellules nerveuses en développement pourrait-il représenter un  intérêt thérapeutique? C’est hypothèse géniale et un peu iconoclaste qu’ont eu des scientifiques de la Washington University School of Medicine de St. Louis et de l’université de l’école de médecine de San Diego. En effet, une tumeur cérébrale, le glioblastome qui représente 70 % des tumeurs primitives malignes du cerveau, est aujourd’hui résistante à tous les traitements et les patients qui en souffrent n’ont qu’une durée de vie limitée. Cette résistance est liée au fait que ni la radiothérapie ni les chimiothérapies utilisées n’arrivent a détruire les cellules souches tumorales, à fort potentiel de multiplication.

Ces chercheurs ont donc eu l’idée d’évaluer le potentiel thérapeutique offert par l’agressivité du virus Zika sur ces cellules nerveuses à développement rapide. Ils ont d’abord prélevé des cellules souches de glioblastome chez des patients puis ont infecté la tumeur avec du virus Zika. Le virus a rapidement détruit les cellules souches tumorales laissant intacte les autres cellules tumorales ce qui peut laisser espérer qu’en associant les traitement actuels au virus Zika, la tumeur dans son ensemble puisse être éradiquée.

Les scientifiques ont donc évalué cette hypothèses chez des souris présentant ce type de tumeur cérébrale. Ils ont donc injecté des virus ou un placebo à l’intérieur des tumeurs cérébrales des souris. En deux semaines, les souris traitées par l’injection virales présentaient une réduction de la masse tumorale. Elles ont survenue bien plus longtemps que les autres.

Les scientifiques ont également confirmé que le virus n’avait pas de potentiel délétère sur des cellules de cerveau humain différentiées. L’introduction de mutations génétiques dans le virus par les chercheurs a même permis de réduire son potentiel infectant, tout en conservant sa capacité à détruire les cellules souches tumorales.

Une nouvelle arme biologique est donc en préparation et sera peut-être capable, si les études chez l’homme le confirme, de détruire une des tumeurs actuellement des plus mortelle . 

Source

Zika virus has oncolytic activity against glioblastoma stem cells.
Zhe Zhu, Matthew J. Gorman, Lisa D. McKenzie, Jiani N. Chai, Christopher G. Hubert, Briana C. Prager, Estefania Fernandez, Justin M. Richner, Rong Zhang, Chao Shan, Xiuxing Wang, Pei-Yong Shi, Michael S. Diamond, Jeremy N. Rich, Milan G. Chheda.  The Journal of Experimental Medicine, Sept. 5, 2017 DOI:

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *