La chloroquine peut-elle arrêter le Coronavirus Covid-19?

Différentes étapes de la réplication virale altérées par la chloroquine

La chloroquine est un immunomodulateur utilisé depuis 70 ans dans le traitement du paludisme, une maladie liée à un parasite transmis par les moustiques. La chloroquine figure dans la liste des médicaments essentiels de l’OMS. Son action anti-inflammatoire est également utilisée dans le traitement du lupus et de la sclérose en plaque. En plus, la chloroquine a également montré in vitro qu’elle était efficace pour réduire la réplication virale des coronavirus responsables du SRAS (SARS-CoV-2) et du MERS causant des pneumopathie potentiellement mortelles. L’hypothèse de son intérêt contre les coronavirus avait été publié des 2003 dans la revue anglaise The Lancet.

En 2004, une étude animale avait évalué l’efficacité de la chloroquine contre un coronavirus (HCoV-OC43) donné à dose mortelle. A une dose de 15 mg/kg, la chloroquine entrainait une survie des animaux de 98%, un effet qui se réduisait si des doses moins importantes étaient administrées.

Une autre étude Chinoise publiée en 2020 confirmait l’action in vitro de la chloroquine contre le Covid-19 à des doses facilement atteignables in vivo chez l’homme. Cette étude montrait également l’intérêt du remdesivir.

L’ensemble de ces données ont été rappelées dans un texte court publié par l’équipe du Pr Didier Raoult.

En Chine, des essais cliniques ont ensuite été menés dès 2020 afin d’évaluer l’efficacité et la tolérance de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine chez des patients atteints de Covid-19 avec pneumopathie, dans 10 hôpitaux chinois. La chloroquine s’est montrée supérieure au traitement contrôle pour ce qui est de l’aggravation de la pneumonie, l’amélioration des images pulmonaires, la négativation des tests de recherche du coronavirus Covid-19, et le raccourcissement de la durée de la maladie. Il n’y a pas eu d’effet secondaire grave enregistré. Ces résultats ont conduit le gouvernement Chinois à inclure la chloroquine, à une dose de 500 mg deux fois par jour, dans les recommandations pour la prévention, le diagnostic et le traitement des pneumopathies causées par le Covid-19. (Audio transcript of the news briefing held by the State Council of China on February 17, 2020. The National Health Commission of the People’s Republic of China. http://www.nhc.gov.cn/xcs/yqfkdt/202002/f12a62d10c2a4 8c6895cedf2faea6e1f.shtml (accessed February 18, 2020). (in Chinese).

Dans une seconde publication courte l’équipe du Pr Raoult réitérait l’intérêt de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine dans le traitement des patients atteints par le Covid-19, l’hydroxychloroquine à 600 mg/jour ayant la préférence des auteurs qui précisent que la dose exacte devra être montrée par de prochaines études avec peut-être une dose de charge initiale suivi d’une dose d’entretien.

Cette équipe a elle-même réalisée une étude sur peu de patients qui est en attente de publication et dont le Pr Raoult présente, dans cette vidéo, certain résultats. 

La mise en place d’études cliniques devraient apporter une réponse à la pertinence de l’utilisation de la chloroquine chez les patients atteints de Covid-19. Sans attendre ces études, plusieurs pays ont déjà fait de la chloroquine un traitement de base chez les patients atteints. Seules des études bien menées apporteront la preuve définitive de son intérêt thérapeutique et de sa bonne tolérance. Mais cela est urgent car chaque jour des patients meurent du Covid-19.

Autres sources : 

A systematic review on the efficacy and safety of chloroquine for the treatment of COVID-19, Andrea Cortegiani & al, Journal of Critical Care 2020 Mar 10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *