Lopinavir-Ritonavir : premier échec thérapeutique contre le coronavirus Covid-19

Absence de supériorité du Lopinavir-Ritonavir versus traitement standard

Aucun traitement n’a encore montré son efficacité thérapeutique contre le virus Covid-19. Plusieurs médicaments aux propriétés antivirales sont utilisés à titre compationel. L’association Lopinavir-Ritonavir fait partie des traitements que l’on espérait pouvoir être efficace sur le virus. Une étude Chinoise randomisée apporte la preuve contraire. L’essai avait débuté le 18 janvier 2020 et est déjà publié, soit en moins de 2 mois, un record.

Le lopinavir, un médicament utilisé dans le traitement du VIH avait montré, au cours de l’épidémie de SRAS de 2003, une efficacité in vitro contre ce virus. De même, il avait montré une activité antivirale contre le coronavirus responsable du MERS, in vitro et sur des modèles animaux (Middle East Respiratory Syndrome coronavirus). Le ritonavir est combiné au Lopinavir pour allonger sa demi-vie plasmatique et donc le rendre plus longtemps actif. Il inhibe le cytochrome p450 et est donc contre-indiqué avec nombre de médicaments.

Les 199 patients inclus dans l’essais étaient positifs au Covid-19, avaient une pneumopathie confirmée au scanner et une saturation en oxygène à 94% ou en dessous, signe de la réduction de la capacité des poumons à transmettre l’oxygène au sang, un signe de gravité. L’objectif était une amélioration du statut clinique des patients en utilisant une échelle validée, évalué au 28 ème jour. Cent patients on reçu les soins standards, 99 le Lopinavir-Ritonavir. La moyenne d’âge des patients était de 58 ans, 60% étaient des hommes.

La durée d’amélioration moyenne des patients a été de 16 jours dans les deux groupes, sans différence significative. Cependant la mortalité à 28 jours était inférieure dans le groupe traité, 19,2% contre 25% dans le groupe non traité. Les patients recevant le Lopinavir-Ritonavir sont restés moins longtemps en réanimation, 6 jours contre 11 jours et un plus grand nombre, 45% ont montré une amélioration à 15 jours contre 30% dans le groupe non traité. En revanche, la détection positive du virus est restée comparable dans les deux groupes. Des troubles digestifs, diarrhées, vomissements et nausées, étaient plus fréquentes chez les patients traités par Lopinavir-Ritonavir, comme les effets secondaires sévères.

Cet essai dont il faut louer la rapidité ne montre pas de bénéfice du Lopinavir-Ritonavir sur l’amélioration clinique des patients sévèrement atteints par le Covid-19 ni sur leur mortalité. La mortalité totale a été de 22%. Les auteurs estiment avoir donc pris en charge des patients très sévèrement atteints et estiment qu’une autre étude avec une initiation du Lopinavir-Ritonavir beaucoup plus précoce devait être tenté, en tout cas, a ce jour, le Lopinavir-Ritonavir ne semble pas être un bon candidat dans la lutte contre le Covid-19.

Source

A Trial of Lopinavir–Ritonavir in Adults Hospitalized with Severe Covid-19, B. Cao & al, March 18, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *