Hydroxychloroquine + Azithromycine semblent efficaces contre le Covid-19 en 3 jours

L’hydroxychloroquine et son association a l’azythromycine
réduisent la charge virale en 3 à 6 jours (Pr Raoult, en photo)

L’équipe française du Pr. Didier Raoult a recruté des patients positifs au virus Covid-19 afin d’évaluer l’effet de la chloroquine sur leur charge virale. Les patients recevaient 600 mg par jour d’hydroxychloroquine et leur charge virale était évaluée par prélèvement nasopharyngé quotidiennement. Si les patients présentaient en plus une pneumopathie, de l’azithromycine, un antibiotique ayant des propriétés antivirales, était ajouté au traitement. L’étude démontre l’efficacité et la bonne tolérance du traitement.

La chloroquine avait préalablement montré une efficacité antivirale dans plusieurs études, et plus particulièrement contre le Covid-19, in vitro et au cours d’essai chez l’homme en Chine (voir article Docbuzz). La Chine avait, à la suite de ces essais positifs, intégré le traitement par la chloroquine à la dose de 500 mg deux fois par jour pendant 10 jours, comme traitement systématique des patients atteint de manière faible, modérée ou sévère par le coronavirus Covid-19.

Quarante-deux patients ont été recrutés, 26 ont été traités, 16 constituaient le groupe contrôle. Les patients recrutés étaient,  soit  asymptomatiques, soit présentaient une infection respiratoire haute, soit une infection pulmonaire. Les résultats présentés sont ceux de vingt patients traités avec l’hydroxychloroquine 200 mg trois fois par jour pour une durée de 10 jours et de 16 patients contrôles, non traités. Un prélèvement nasopharyngé quotidien permettait d’évaluer la charge virale de chaque patient par PCR, un examen simple. L’objectif de l’étude était la négativité virale au 6 ème jour post-inclusion.

La charge virale était significativement réduite au sixième jour chez les patients traités par hydroxychloroquine en comparaison aux patients non traités : 70% des patients traités n’avaient plus de trace de virus contre seulement 12% des patients non traités, une différence hautement significative. En fait la différence commençait à être significative au troisième jour seulement.

70% des patients traités par hydroxychloroquine n’ont plus de trace de virus à 6 jours

Ceux qui ont reçu l’azithromycine bénéficiaient encore plus rapidement d’une réduction de la charge virale : 100% des patients traités ne présentaient plus de trace de virus.

Au cinquième jour, 100% des patients traités par hydroxychloridine + azythromycine
ne présente plus de trace de virus

L’effet était plus marqué chez les patients symptomatiques. Les auteurs notent qu’un patient traité par hydroxychloroquine, encore positif au sixième jour, a reçu en plus de l’azithromycine, et est devenu négatif au neuvième jour. Pour les auteurs, ces résultats démontrent une synergie d’action entre les deux médicaments.

Les auteurs suggèrent que les patients identifiés comme positifs a Covid-19 reçoivent l’hydroxychloroquine et l’azithromycine afin de les guérir et de réduire le risque de transmission virale.

La Food and Drug Administration Américaine a octroyé une autorisation de mise sur le marché compassionnelle à la chloroquine en un temps record. Le produit peut donc être délivré à tout patient porteur du virus Covid-19 aux Etats-Unis. Selon l’American Society of Health System Pharmacists, 4 des 8 fabricants Américains de chloroquine sont déjà en rupture de stock.

LA Food and Drug Administration reconnait l’intérêt thérapeutique de la chloroquine

Que fera la France dont un des brillants scientifiques vient de publier cette étude? Pour Olivier Véran, ministre de la santé, il faut attendre :”On ne peut pas se limiter à une étude sur 24 malades et dont on n’a pas tous les paramètres pour pouvoir dire qu’on va en donner aux malades et aux patients français”, “une étude a démarré il y a 3 jours sur quelques centaines de malades répartis dans les hôpitaux parisiens, à Lille et dans d’autres territoires”.

Cette étude montre que la charge virale d’un patients infecté disparait globalement après 6-7 jours et qu’il n’est plus alors contaminant pour autrui. Le but de l’étude n’était pas d’évaluer la survie. On peut supposer que, débarrassé du virus, un organisme ne pourra que se porter mieux. A-t-on véritablement besoin d’attendre des mois et de poursuivre un comptage quotidien macabre pour s’en apercevoir? L’association France BPCO, qui représente les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive a déposé une plainte contre X jeudi au tribunal judiciaire de Draguignan pour “Mise en danger délibérée de la vie d’autrui” visant à travers cette plainte “toute la chaine de responsabilité de l’Etat en matière de politique sanitaire” a expliqué son président Philippe Poncet. Combien de familles porteront plainte au niveau national dans deux mois?

Ce traitement pourrait-être le traitement de sortie de la quarantaine et le retour des patients covid-19 négatifs à leurs activités. Cela impose certes une détection massive sur l’ensemble du territoire national mais permettrait de remettre rapidement l’économie sur pied. Bien-sûr la contre partie sera la reprise des samedi gilets-jaunes, de la contestation de loi sur les retraites, et des mouvements féministes, la Démocratie, quoi!

Source

Gautret et al. (2020) Hydroxychloroquine and azithromycin as a treatment of COVID‐19: results of an open‐label non‐randomized clinical trial. International Journal of Antimicrobial Agents – In Press 17 March 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *