Faviripavir, un troisième traitement se montre efficace contre le coronavirus Covid-19.

Deux études chinoises ont évalué l’intérét thérapeutique du faviripavir contre le Covid-19 La première étude a comparé le favipiravir à l’association Lopinavir/Ritonavir, un médicament que l’on sait depuis peu non efficace contre le Coronavirus covid-19 (voir article Docbuzz).

Le favipiravir est un médicament ayant, dans plusieurs pays une autorisation de mise sur le marché contre les virus de la grippe. Il était prescrit à la dose de 1600 mg deux fois par jour. L’objectif de l’étude était la durée nécessaire à la disparition de la charge virale, signée par deux tests PCR successifs négatifs, et l’amélioration des scanners pulmonaires évalués selon un score précis.

Trente-cinq patients covid-19 positifs ont été traités par le favipiravir et 45 par l’association Lopinavir/ritonavir. Ils ont été suivis pendant 14 jours.

Les patients avaient un âge moyen de 47 ans, 45% avaient entre 15-44 ans, 41.3 % entre 45 et 64 ans, et 13.7% avaient plus de 65 ans. Ils présentaient la symptomatologie classique de l’infection, fièvre (74%), toux (27%), maux de tête et douleurs musculaires (10%), douleurs respiratoires hautes (10%), diarrhées (1%).

Les résultats de l’étude montrent que le temps moyen de négativation pour les patients traités par le favipiravir était significativement réduit, à 4 jours, contre 11 jours pour le Lopinavir/Ritonavir, confirmant l’inutilité de ce traitement.

L’amélioration pulmonaire a été plus lente. Il n’existait pas de différence à J4 ou J8 et une différence n’est apparue qu’à J14 avec 32 patients sur 34 améliorés (91%) contre 28/45 (62%) dans le groupe Lopinavir/Ritonavir. Les facteurs influencant l’évolution de l’image pulmonaires étaient le traitement et la fièvre. Ce résultat est important car il suggère que chez des patients hospitalisés, plus graves, la négativation de la charge virale est de bon pronostic mais nécessite néanmoins une poursuite des soins.

Onze pourcent des patients ont subi un effet secondaire avec le favipiravir (diarrhée, lesion hépatique) contre 55% avec le Lopinavir/ritonavir

La seconde étude a également recruté des patients hospitalisés pour infection par le coronavirus covid-19. Les patients séparés en deux groupes, recevaient les soins standards plus faviripavir (116 patients) ou arbidol (200 patients), un traitement contre la grippe, connu en Chine et en Russie mais inconnu en occident que la Chine a inclue dan la liste des médicaments recommandés en cas de pneumopathie au covid-19, sans pourtant de base scientifique publié. Ce second traitement ne possède pas d’étude d’efficacité très conclusives contre les virus de la grippe non plus.

L’objectif de l’étude était l’évaluation de l’amélioration clinique à 7 jours. d’autres critères étaient suivis. Les resultats de l’étude reposent donc sur une évaluation très subjective et les résultats n’apportent pas d’information solide.

La première étude positive avec le favipiravir rappelle celle du Pr Raoult avec l’hydroxychloroquine et annonce donc un nouveau candidat sérieux à la négativation de la charge virale. Le suivi pulmonaire rappelle cependant que la négativation de la charge virale ne signifie pas une correction aussi rapide des lésions pulmonaires. Ces traitements pourraient donc être plus efficaces si ils étaient donnés dès la détection positive, avant la survenue de lésions pulmonaires.

Sources :

Experimental Treatment with Favipiravir for COVID-19: An Open-Label Control Study, QingxianCai & al, Engineering Available online 18 March 2020

Favipiravir versus Arbidol for COVID-19: A Randomized Clinical Trial, Chang Chen & al, medRxiv preprint doi: https://doi.org/10.1101/2020.03.17.20037432.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *