Michèle Barzach, ancienne ministre de la santé, fut-elle complice du pédophile Gabriel Matzneff?

Nombreux sont les incrédules qui découvrirent, à la lecture de la presse, le nom de Gabriel Matzneff, un auteur français oublié mais autrefois célébré, révéré diront certain, qui construisit une justification littéraire de la pédophilie pendant plusieurs décennies. Mais les temps changent, et trois mois après la publication du livre Consentement de Vanessa Springora éclairant d’une lumière nouvelle la tolérance dont Gabriel Matzneff bénéficia dans de nombreux milieux, pas seulement littéraires, une enquète pour viols sur mineurs et apologie de la pédophilie a été ouverte.

Vanessa Springora avait 14 ans quand débuta la relation avec Gabriel Matzneff. Dans un article du New York Times, une seconde femme, Francesca Gee, qui tenta de parler il y a 15 ans, sans que sa parole soit écoutée, arrive enfin à se faire entendre. Elle n’avait que 15 ans quand Gabriel Matzneff la séduisit. Si les complicités dont bénéficia Matzneff furent multiples et seront probablement mieux mises à jour lors du procès qui débutera en septembre 2021, elle en révèle une ignorée jusqu’à là, une complicité médicale. 

Fort de poursuivre sans contrainte sa relation pédophile, Gabriel Matzneff emmena  Francesca Gee, âgé de 15 ans chez une gynécologue afin que lui soit prescrit une pilule. A l’époque le consentement parental était obligatoire. La médecin consultée était Michelle Barzach qui visiblement n’y trouva rien à redire. Selon l’article du NYT, elle vit en consultation Francesca Gee à plusieurs reprises et prescrivit cette pilule de manière régulière sans s’inquiéter de son silence ni de ses actes. Michelle Barzach fut plus tard ministre de la santé puis présidente d’UNICEF France. Sur une page web d’UNICEF France se complimentant de l’arrivée de Michèle Barzach à sa tête, on peut lire ce texte : «Cette femme engagée, médecin et ancienne Ministre de la Santé et de la Famille, s’est toujours battue pour le statut des femmes et contre les discriminations. Dans le droit fil de ses combats, elle s’engage aujourd’hui pour défendre la cause des enfants».

Michelle Barzach ajoutait dans son discourt d’introduction : “Je m’attacherai à donner les mêmes chances à chaque enfant…Je m’attacherai à poursuivre le travail de toutes les personnes engagées au service de l’UNICEF en France et qui ont contribué à faire de notre organisation un défenseur essentiel de la cause des enfants.

Le journaliste du New York Times a essayé sans succès de contacter UNICEF France et Michelle Barzach pour un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *