Santé Publique France a -t-il changé sa communication sur la grippe pour plaire au gouvernement?

En suivant les Bulletins Hebdomadaires de la grippe édité par Santé Publique France, il était possible de suivre la progression de l’épidémie de grippe en France et surtout ses ravages. Pourtant, depuis l’arrivée du coronavirus covid-19, et surtout depuis que « La guerre » contre lui à été décidée par le Ministère de la Santé dont dépend Santé Publique France,  sa communication a étrangement changé. Comment et pourquoi? La communication de Santé Publique France, organisme étatique, est-elle là pour informer et protéger la population Française? Ou répondre à des directives du pouvoir en place comme nombre de quotidiens nationaux et régionaux?

Revenons en mars 2019. La grippe comme chaque année, en provenance des lointains territoires Chinois à commencé sa sombre récolte. En mars 2019, semaine 09, Santé publique France nous informe dans son Bulletin Hebdomadaire du 06/03/2019 de «Points Clés» de l’épidémie grippale:

  • Forte diminution de l’activité grippale 
  • Toutes les régions toutefois encore en épidémie en France métropolitaine 
  • Environ 5700 décès attribuables à la grippe depuis le début de la surveillance et jusqu’en semaine 07 
Extrait de Grippe Bulletin Hebdomadaire de Santé Publique France, du 06/03/2019

Suivent les « Chiffres clés en métropole », une incidence en baisse, comme le nombre de passages aux urgences, comme le nombre d’hospitalisations en réanimation, estimé, depuis le 01 novembre 2019, à 1615 cas, surtout des patients de plus de 60 ans, avec 194 décès identifiés en réanimation. Après de multiples autres informations, y compris sur l’épidémie en Europe, Santé Publique France évoque la couverture vaccinale insuffisante, avant d’arriver à sa conclusion : Surveillance de la mortalité toute cause, « Cet excès de mortalité est estimé à 11,5% pour les semaines 01 à 07 (semaines pour lesquelles les données de mortalité toutes causes sont pré-consolidées), soit environ 10 000 décès (estimation extrapolée à la France entière à partir des données issues de l’échantillon des 3 000 communes) ». Santé Publique France nous explique encore avoir “développé un modèle permettant d’estimer le nombre de décès attribuable à la grippe”.

Extrait de Grippe Bulletin Hebdomadaire de Santé Publique France, du 06/03/2019

La prévention pour diminuer le risque est bien sûr, comme le répète justement Santé Publique France, la vaccination comme les gestes barrières, éternuer dans son coude, se laver les mains et surtout « Porter un masque jetable quand on présente un syndrome grippal, en particulier au contact des personnes fragiles ». Nous sommes en 2019. La vaccination des sujets à risque est insuffisante et les gestes de prévention ne sont pas assez respectés. Santé Publique France en rappelant ces éléments est dans son rôle.

Faisons un bon d’un an dans l’espace temps. Nous sommes en mars 2020. La grippe est encore là, mais surtout, un autre virus l’accompagne, le coronavirus covid-19. Ce dernier n’a pas de vaccin et il est impossible de trouver des masques jugés au mieux inutiles par les instances gouvernementales.  Surtout il a été écrit par l’ensemble des rédactions de l’hexagone qu’il ne fallait surtout pas comparer grippe et covid-19, parce que leur contagiosité et leur taux de mortalité était différentes…. Voyons comment a évolué le Bulletin Hebdomadaire de Santé Publique France, semaine 09, le 04 mars 2020. Nous retrouvons « les points clés » :

  • Diminution de l’activité grippale dans la majorité des régions en métropole, 
  • Pic épidémique probablement atteint dans toutes les régions métropolitaines 
  • Passage de l’Ile-de-France en phase post-épidémique 
Extrait de Grippe Bulletin Hebdomadaire de Santé Publique France, du 04/03/2020

L’estimation des décès attribuables à la grippe à disparu des “Points Clés”, bien que ce soit un chiffre très informatif sur la gravité de la pathologie? La rubrique “Chiffres Clés en métropole” est restée la même  et peut donc se comparer à la même semaine de l’année précédente : 

  • Taux d’incidence des consultations pour syndrome grippal pour 100 000 habitants est de 175, en baisse, il était de 158 la même semaine en 2019,
  • Part de la grippe parmi les visites SOS Médecins est de 11.4%, il était de 7% la même semaine en 2019, 
  • le Nombre de passages aux urgences pour syndrome grippal (Oscour®) est de 6100, il était de 3633 la même semaine en 2019, soit presque 2 fois moindre, 
  • Le Nombre d’hospitalisations après passage aux urgences pour syndrome grippal (Oscour®) est de 724 contre 794 la même semaine en 2019, légèrement en baisse.

A la vue de ces chiffres, mis en avant par Santé Publique France, on pourrait estimer, maladroitement certes, que l’épidémie de 2020, en tout cas à semaine comparable, n’est pas moins virulente que l’année passée? Pourtant un autre chiffre, peu mis en avant dans le Bulletin Hebdomadaire va être repris en boucle par plusieurs médias nationaux, le nombre de décès liés à la grippe en réanimation est en effet de 72… C’est ce chiffre que reprendront les grands médias nationaux pour ériger en nouvelle vérité, la grippe en France n’a tué que 72 personne en 2020, une baisse de pratiquement 100% par rapport à l’année 2019 :

Le Bulletin Hebdomadaire poursuit ensuite ses rubriques habituelles, rappelle l’importance de la vaccination, offre des données Européennes, et rappelle les gestes barrières dont le port d’un masque jetable fait toujours partie. Pourtant, toute estimation de la mortalité nationale liée à la grippe à disparue. Cette estimation oscillait de 8000 à 10000 décès annuels. Elle n’existe plus. Plus de surmortalité non plus, estimée à +11.4% en 2019. Et alors que le nombre de passages aux urgences reste élevé, que le nombre de consultation par SOS médecin est plus important, le nombre de décès officiels aurait baissé presque de 100% sans couverture vaccinale véritablement améliorée (47% en 2020 contre 42% d’après le même Bulletin Hebdomadaire)?

Pourquoi?

Santé Publique France ne pouvait-elle pas écrire que la mortalité de la grippe était vraisemblablement de nouveaux de 8000 à 10000 décès comme régulièrement? Est-ce pour éviter toute comparaison avec le covid-19? Un an auparavant, Santé Publique France se targuait pourtant d’avoir “développé un modèle permettant d’estimer le nombre de décès attribuable à la grippe” (Grippe Bulletin hebdomadaire du 06/03/2019)?

15 jours plus tard, en semaine 11, toujours dans le Bulletin Hebdomadaire, daté du 18 mars 2020, alors que les indicateurs des « Chiffes clés en métropole” sont repartis à la hausse, Santé Publique France annonce la cessation du Bulletin Hebdomadaire consacré à la grippe :

  • Taux d’incidence des consultations pour syndrome grippal pour 100 000 habitants (Réseau Sentinelles) , +10%
  • Nombre de passages aux urgences pour syndrome grippal (Oscour®), +3%
  • Nombre d’hospitalisations après passage aux urgences pour syndrome grippal (Oscour®),  +3%
Extrait de Grippe Bulletin Hebdomadaire de Santé Publique France, du 18/03/2020

Toute allusion à une quelconque mortalité liée à la grippe est absente et Santé Publique France s’en explique ainsi : “Depuis le début de la surveillance grippe (semaine 40/2019), la mortalité toutes causes est restée dans les marges de fluctuation habituellement observée en période hivernale sur l’ensemble des classes d’âges hormis une hausse modérée du nombre de décès entre les semaines 51 et 01 chez les 15-64 ans et chez les 65 ans ou plus en semaine 02 (Figure 9). Au niveau national, depuis le début de l’épidémie de grippe (semaine 03), il n’a pas été observé d’excès de mortalité toutes causes. Les observations des dernières semaines sont à interpréter avec prudence, les données étant encore non consolidées du fait des délais habituels de transmission. Elles ont pour vocation de décrire les évolutions de la mortalité, sans faire de lien avec tout évènement en cours.” Que faut-il en penser?

Dernier changement, explicite lui aussi, alors que depuis le début de son existence, le Bulletin Hebdomadaire répétait ses mesures de prévention, les gestes barrières, qui incluait le port d’un masque jetable, ce dernier numéro rappelle lui, les gestes barrières contre le coronarovirus Covid-19…mais contre le covid-19, l’utilisation d’un masque jetable ne fait pas partie des recommandations. Voilà, il n’y aura plus de comparaison entre la grippe et le covid-19.

Santé Publique France est-il encore un organisme étatique crédible?

Extrait de Grippe Bulletin Hebdomadaire de Santé Publique France, du 06/03/2019, du 04/03/2020 et du 18/03/2020

Crédit Photo : Andrew Crotty, Creative Commons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *